Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 juillet 2014

Aime une fille qui lit

relaxant_275526.jpg

« Aime une fille qui lit. Aime une fille qui dépense son argent dans les livres au lieu des habits, dont les placards débordent parce qu’elle a trop de livres. Aime une fille qui possède une liste de livres à lire et une carte de bibliothèque depuis l’âge de douze ans.

Lire la suite

lundi, 02 janvier 2012

Un homme louche

 

un-homme-louche-de-francois-beaune-livre-894523270_ML.jpg

Journal d'un fou, d'un déglingué, aux ressorts trop tendus et prêt à s'envoler, prendre de la hauteur pour mieux observer d'encore plus près ses congénères, cette espèce en voie de prolifération.

 

Lire la suite

jeudi, 15 décembre 2011

Délire d'amour

Mcewan-Ian-Delire-D-amour-Livre-897144652_ML.jpg

J'ai lu entre vos lignes, Ian, et j'ai compris que c'était la seule façon que vous aviez trouvé pour entrer en contact avec moi sans éveiller aucun soupçon. Quelle habileté, quel tact, quelle délicatesse. Cela ne m'étonne guère, à vrai dire, j'ai toujours su, même si c'est la première fois que j'ai la chance de vous lire, que vous étiez exceptionnel.

Lire la suite

jeudi, 01 décembre 2011

Des vents contraires

Des-Vents-Contraires-Livre-896293389_ML.jpg

Saint-Malo et ses côtes déchirées, comme peut l'être parfois le cœur, chahuté par les vagues de l'âme, l'humeur noire comme un ciel en colère.

Lire la suite

mercredi, 19 mai 2010

Le conte à domicile

Non seulement je lis, j'écris, mais en plus, je raconte. Enfin j'apprends. Avec un auteur/comédien/conteur. Et quelques autres. Et un loup qui fait la course avec un escargot, et un arbre qui parle à une hyène. Et une marmotte qui a peur du noir. Et un enfant qui regarde le monde, une dernière fois. Entre autres..

Le pire, c'est que tout est vrai. La preuve ici.

mercredi, 07 avril 2010

Des bibliothèques dans le désert

En Afrique aussi, on a étudié le monde. Depuis sept siècles au moins. Mais les moyens manqueront peut-être pour conserver, restaurer, et faire connaître les manuscrits. Certains s'effritent au moindre contact. Dunes de papier sitôt réapparues, sitôt disparues ?

L'article du Courrier international ici

 

jeudi, 29 janvier 2009

Premier roman : Maud Lethielleux

A découvrir, le premier roman de Maud Lethielleux, sortie prévue pour le 4 mars : Dis oui, Ninon.

Rien que le titre me plaît.

Découvrir Maud Letjhielleux et des extraits de son roman : http://maudetlesmots.free.fr/index.htm

vendredi, 24 octobre 2008

Sélection Prix Goncourt 2008

goby.jpgQuelle bonne surprise, dans la sélection du Prix Goncourt des Lycéens, de voir apparaître "Qui touche à mon corps je le tue", de Valentine Goby. Quand je dis surprise, ce n'est pas tout à fait exact. Cela ne m'étonna guère, en fait. Il le mérite. Absolument pas horrifiant, ni funeste, ni violent, c'est juste la vie de trois protagonistes intrinsèquement liés, même sans se connaître, qui cherchent tous trois les limites de leur propre corps dans l'espace, le temps, tentent de se l'approprier, ou de n'en rien laisser. Lumineux, malgré la mort, c'est même l'idée de la mort qui rend ces corps plus vivants, les transcendent, les "immortalisent", l'espace de quelques heures nocturnes.

Alors même s'il n'est pas retenu, cela reste, à l'instar d'Ananda Devi par exemple, un roman à l'écriture ciselée, en quête de salut. Sans forcément le trouver.

Sublime.

(le "conte-rendu" à venir)

 

dimanche, 06 juillet 2008

Ni Fées Ni Sorcières (page autorisée aux chiens et ...

Si vous avez quelques minutes, lisez ceci

Extrait :

mercredi, 02 juillet 2008

Secousse du coeur

Lu dans Le magazine littéraire juillet-août 2008 :

"Au fond, l'humour, s'il n'est ni bête ni méchant, c'est une secousse du coeur et de la raison réconciliés : ça postule l'universel, ça ressemble à l'intelligence quand elle est partagée, à l'amour en plus rigolo."
Frédéric Ferney.

mardi, 24 juin 2008

Le Verbe

" Sur cette route il n'y a pas d'hommes du Verbe. Ils sont partis et m'ont laissé seul. Ils ont emporté le monde avec eux. Question : Quelle différence y a-t-il entre ne sera jamais et n'a jamais été ? "

Cormac Mac Carthy, extrait de La route

lundi, 16 juin 2008

Roubaix, l'imaginaire en actes

9782952471701.jpg

Des hommes et des femmes vont au bout de leurs rêves. Flux, lumières, reflux, Roubaix est un lieu de tous les passages. Les cheminées d’usines grattent le ciel et témoignent de cette aventure humaine.

Parcs, jardins, musées, ateliers et fabriques s’ouvrent sur tous les horizons et rappellent la force attractive de la ville. Née de la plaine , façonnée par le travail, la cité des grands patrons et des ouvriers du textile s’invente désormais de nouveaux projets. Chatoyante et chaleureuse, Roubaix est en pleine effervescence. Elle attire les étudiants, les  créateurs, les stylistes. Ancrée dans le vingt-et-unième siècle, elle se retrouve au cœur des enjeux de la société contemporaine.

 

 

Ce beau livre, illustré par les deux photographes Jean-Pierre Duplan et Eric Le Brun, révèle le caractère et l’énergie de Roubaix. Hervé Leroy dévoile l’âme de la cité et de ses habitants. Marie Desplechin qui préface l’ouvrage, ravive les souvenirs d’une enfance roubaisienne. Portrait sensible. La mémoire est invoquée, l’avenir inventé. La beauté d’une ville se construit sur l’imaginaire en actes.

 

 

Extrait : "Margarida Guia brûle de l'intérieur. Alors, pour le plaisir des mots, elle déambule le long des rues, colporte la poésie, dévoile les lèvres du livre. Sa complice  ?Une bibliambule qui vous met la tête dans les étoiles. A l'intérieur de cette boîte aux trésors : Beckett, Prévert, Verlaine, Rimbaud."

lundi, 02 juin 2008

Les maîtres du polar

 Ce mois-ci dans le magazine Lire : Les secrets des maîtres du polar

Georges Simenon (1903-1989)
Ecrire «gris», limiter son vocabulaire pour «ne prendre que les mots qui ont la même résonance dans chaque esprit», les détracteurs de Simenon le lui ont longtemps reproché. Or ce minimalisme veut correspondre aux histoires qu'il raconte. Le rythme est souvent caractéristique pour exprimer l'action des personnages. Il affectionne le monologue intérieur et les interrogations indirectes. «Je suis un instinctif, dit-il à Bernard Pivot en 1981 lors de l'émission Apostrophes, je ne suis pas du tout un intellectuel. Je n'ai jamais pensé un roman, j'ai senti un roman. Je n'ai jamais pensé un personnage, j'ai senti un personnage. Je n'ai jamais inventé une situation. La situation est venue lorsque j'écrivais un roman mais je ne savais pas du tout où mon personnage allait me mener.» En écrivant ses premiers Maigret, Georges Simenon explique qu'il le fait pour apprendre le métier d'écrivain et que le choix du roman policier lui paraît plus facile, plus technique. Il instaure dès le début ses rituels d'écriture: rumination, rassemblement des informations, rédaction. Il tape directement à la machine, évite de trop se relire, travaille dans une sorte de transe, en quelques jours pour ne pas perdre le fil de son histoire. La dernière étape est celle de l'ultime relecture où l'auteur se contente le plus souvent d'alléger encore son style, retirant des adjectifs, des adverbes. Ce qui l'intéresse, c'est le criminel beaucoup plus que le crime. Maigret au début n'est qu'une silhouette qui va peu à peu se préciser, manifestant sa sympathie pour les petites gens, Paris et ses quartiers populaires. Au départ, Simenon choisit de se pencher sur un homme sans aspérité en état de crise. Les décors restent un peu les mêmes, une France réinventée mais qu'il connaît bien, des impressions de lieux plus que des descriptions précises. Son éducation dans un milieu petit-bourgeois et sa formation de journaliste lui serviront pour imaginer Maigret mais également tous ses personnages qui se doivent d'être «ordinaires». Maigret antihéros, c'est la marque de Simenon, un homme simple, banal mais excellent enquêteur grâce à son don d'imprégnation, son envie de comprendre les raisons d'un crime. «Je tiens Simenon pour un grand romancier, le plus grand peut-être et le plus vraiment romancier que nous ayons eu en littérature française aujourd'hui.» Qui dit cela? André Gide, en 1939. C.F.

samedi, 31 mai 2008

Quand leurs yeux se rencontrèrent

883429959.jpg

 Extrait :

"Oh, elle enseigne aux torches à briller clair !
On dirait qu'elle pend à la joue de la nuit
Comme un riche joyau à une oreille éthiopienne.
Beauté trop riche pour l'usage, et trop précieuse
Pour cette terre ! Telle une colombe de neige
dans un vol de corneilles, telle, là-bas
Est parmi ses amies cette jeune dame.
Dès la danse finie, je verrai où elle se tient
Et ma main rude sera bénie d'avoir touché à la sienne.
Mon coeur a-t-il aimé, avant aujourd'hui ?
Jurez que non, mes yeux, puisque, avant ce soir
Vous n'aviez jamais vu la vraie beauté."

 

 

Jean Meckert

479631799.gifAh la la, encore un auteur que je m'étais promis de lire, et que j'ai laissé là, dans son rayon, étouffé par les autres.. J'ai failli ne pas entendre sa plainte, un chuchotis à vous glacer les sangs, de ce genre de chucotement qu'on croyait entendre, petits, quand le vent sifflait par les interstices des fenêtres..

Pourquoi lui ? parce que j'ai lu des petites choses le concernant, sur sa vie, son écriture.. sur le fait qu'il a longtemps était mal considéré, voire pas du tout. Et pourtant..

1834940632.gifIl fait partie de ces auteurs que j'affectionne, capables d'écrire une histoire sur un type qui n'en a pas. Un pauvre type, comme dans le dernier roman que j'ai lu "Le syndicat des pauvres types". Raconter une vie médiocre, c'est tout un art. Mais surtout, ce qui m'interpelle, ce qui m'attire, c'est ce moment, ce point de non retour qu'ils peuvent atteindre, parfois. Ces vies border line qui, on ne sait pourquoi, basculent soudain, et rarement du bon côté. Ou alors pour peu de temps..

168458745.gifJe pense à Chuck Palahniuk, à Régis Jauffret, à Céline Curiol, à Eric Faye justement, et à ceux que je n'ai pas encore lus. Chacun, à leur façon, nous font entendre la voix de ceux qu'on n'a jamais le temps d'écouter, sur le pallier de l'immeuble, dans la salle d'attente du médecin, à la caisse des supermarchés. Ces personnes qui si on les écoutait, ne serait-ce que quelques minutes, ne seraient plus anonymes, qui, si on leur portait un regard, n'éclateraient pas, un matin, chez eux.... emportant quelques pans de murs avec eux..
et le voisin ne dirait pas "ah bah voilà qui c'est qui va payer les dégâts !"

J'aime ces auteurs qui nous montrent que la médiocrité n'est pas toujours là où on l'imagine....