Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 octobre 2006

Et voilà tes êtres, haine... (les douze travelots hystériques)

(extrait - février 2005)

 

 

 

 

 

    [...]

 

              

    Ah lala, « Tom Sawyer »… ça y est, je connais le générique par cœur, (il a pas voulu aller chanter ailleurs... ) « il n’a peur de rien, c’est un américain… », oui, vous voyez comme moi, c’était clairement énoncé depuis longtemps déjà, l’Amérique n’a peur de rien, sauf d’elle-même.. et peut faire exploser 5 fois la planète, de par son armada d’armes de destruction massive, c’est pour dire, vous ne pouvez la détruire qu’une fois ? Ts Ss, ridicule.. L’Amérique avance, « pro-graisse », inonde mètre par mètre les pays pas encore irrigués par ses idéaux, pas encore pliés à ses desiderata.. Une fois que c’est fait, la première mondiale ramasse ses affaires et retourne chez sa mère, ne prend pas la peine de nettoyer les lieux après son passage, c’est bien trop indigne, enfin voyons.. En passant si elle pouvait récupérer son cerveau à la consigne avant qu’on ne le considère comme bagage suspect.. Oh! Faut dire, pour le peu qu’il contient, on n’perdrait pas grand chose.. (« Comment ose-t-elle ! .. »  « Je n’sais pas, j’n’ai pas eu à réfléchir.. » ) Comment pouvaient-ils savoir, ces gens, qu’en laissant se déverser dans l’eau les déchets toxiques des métaux lourds amenés sur place, à 110km au Nord de Manille, y aurait un millier de victimes, y aurait des enfants avec une dystrophie céphalique digne des meilleurs fils d’horreur, même Elephant Man aurait peur.. je pense à ces mères qui enfantent d’êtres défigurés, à l’âme déjà fissurée des erreurs d’outre atlantique.. C’est pas marrant, et je suis bien d’accord avec vous c’est même dramatique, malheureusement c’est vrai. Pouvaient pas savoir.. Du plomb, du mercure, « ah! bon ? Vous êtes sûrs ? », Non non, pensez-vous, ils ont du avaler un ballon d’hélium, pour jouer à la montgolfière, c’était dimanche, ils n’avaient rien d’autre à faire..

 

    Si vous vouliez vous acheter la compilation des chants de Noël de Roch Voisine, ne le faites pas ! Promenez-vous toute une journée dans le marché, et en rentrant chez vous, vous vous demanderez ce que vous étiez partis faire.. Ah, attention, une annonce micro… « et n’oubliez pas, dans 10mn au chalet de l’information, une distribution gratuite de vin chaud ! » Gratuit, vous avez dit gratuit !! Poussez-vous !! Je ne vous dis pas pour la tartiflette, la galette, les viennoiseries, et le jus de pommes fraîchement pressées, la ruée vers l’or ; la poussette devient une arme redoutable, écrasant un pied par-ci, la patte du labrador par-là, tous les moyens sont bons pour arriver premier.. d’en haut on aurait pensé à une meute de spermatozoïdes fonçant droit sur un ovule. . oui, enfin voilà quoi..

 

    L’on vient prévenir à 18h55 que les chalets peuvent fermer à 18h45 s’ils le souhaitent, c’est gentil merci… c’est à se demander si chaque être humain n’est pas réglé sur un fuseau horaire, ce qui fait souvent croire au patron qu’un employé arrive en retard, alors que non, il n’est pas en retard, il est juste en décalage horaire, persuadé d’arriver à l’heure… à son heure..

   

    Et le Père Noël, le fameux, l’unique, l’exceptionnel.. qui avec sa patience infinie (de 14h à 17h c’est jouable..) reçoit les enfants dans son chalet tous les jours, (à condition d’avoir été chercher son ticket au chalet de l’information et de faire la queue bien sagement, récitant la longue liste de jouets qu’il aimerait trouver près du sapin (pendant que les parents calculent déjà ce qu’il ne leur restera pas à la fin du mois),  le matin du 25 décembre (en réalité déballés la veille au soir en raison d’une bande d’enfants survoltés et incapable de fermer l’œil, et de parents exténués de tant de préparatifs, de tant de précautions pour ne pas trahir le secret, jouets déjà cassés pour la plupart, eh oui faut jamais ouvrir un paquet qui n’est pas le sien, ça dégénère toujours.. )

   

    [...]

Les commentaires sont fermés.