Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 08 septembre 2007

L'âme, aigrie, se ment

 

(extrait - 2005)

 

(sur un air d’Angel, extrait de Mezzanine, Massive Attack)

 

    On a du mal à dire écrivaine, pourtant elle a pas mal de cris qui lui restent dans les veines. Elle souffre autant que son homologue masculin, sa vie est autant maculée d’encre et vingt ans ne suffiront pas à sa main pour coucher tous ces mots sur le papier.. Encore faudrait-il qu’ils trouvent le sommeil, pour les coucher, encore faudrait-il avoir quelques histoires à leur raconter, pour les endormir, les hypnotiser, leur faire avouer leurs plus profonds secrets.. laissons le poing se délier et la pointe gratter le papier  laisser les virgules et les points faire la police, laissons la typographie mener l’interrogation ; attention au procès-verbal pour excès de paraphrase.. marquer un arrêt au point d’exclamation, donner explication pour éviter un retrait de deux points.. ne pas prendre de sans-interligne, au risque de piétiner..

 

    La mise en pieds reste l’apanage de l’élite, je nage parmi les vers, entre les litres, j’explore mon existence à cœur ouvert, opération délicate et sans anesthésie, je ne crains pas les paparazzi ni leur paperasse moisie avant d’être consommée, qui n’hésitent pas dans leurs torchons à trier le linge sale de nos célébrités.. il m’aurait fallu hériter d’une notoriété parentale, pour intéresser la presse à scandale, je ne suis que fille d’ouvrier et de mère au foyer, deux individus qui ont fait de leurs enfants les propres artisans de leur vie, sans les manœuvrer à mauvais escient, sans leur imposer aucun remord ni regret de ce qu’ils ont sacrifié.. pas de quoi faire la couverture glacée d’un magazine, quand on est passé par l’usine pour payer son loyer.. 

    [...]

Les commentaires sont fermés.