Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 octobre 2006

Les Affreux de la beauté

(8 mars 2004 - extrait)

    Mon Dieu quelle tête encore ce matin ! enfin, quand je dis ce matin, je devrais dire cet après-midi, un bon milieu d'après-midi, j'en ai même loupé le rôti et le clafoutis, et tante Clotilde et son mari Henri.. j'ai bien fait de faire grasse matinée.. quelle idée aussi de les inviter tous les dimanche midi.. tiens d'ailleurs j'entends d'ici tonton Henri.. « alors ma grande, tu nous fais enfin profiter de ta présence, si brève soit-elle ? » ..Ainsi soit-il.. tante Clotilde qui ne sort jamais sans son bréviaire, talisman de quinquagénaire toujours inquiète, me jettera un regard plein d'empathie, souffrira pour moi de cette migraine dominicale qui me dévore le crâne, comme une gangrène.. Mes parents, fidèles à eux-mêmes, chiens de faïence aux noces d'argent lointaines, contempleront du même œil alarmé le fruit de leurs peines, gâté d'avoir été trop materné.

    Traumatisme d'une naissance prématurée, je me suis vite réfugiée dans un mutisme adolescent, évitant ainsi les discours vermifugés des âmes édulcorées.. ma mère rêvait pour moi d'une scolarité sans faute, ankylosée dans son fauteuil élimé, à siroter sa Ricorée. Mais le mur est lézardé , j'ai pas les facultés pour être thésarde.. et je supporte pas les horizons tout tracés, les heures passées à potasser des cours ; enchaînée à domicile je joue le vilain canard, adopte le langage des signes, à leur grand désespoir. Je me dis qu'ils auraient mieux fait de me laisser au bestiaire, au lieu de m'obliger à regarder le ballet de comédiens à deux balles, les poumons remplis d'ammoniac d'un passé tabagique, le visage camouflé par des cosmétiques achetés en vrac, au Carrefour du coin. Santé à manier avec précaution, santons d'une crèche éteinte, dont les rois ont perdu la clé, où est l'image de la famille parfaite ? J'voudrais que la Fée Clochette me prête sa poudre belles gambettes, j'voudrais jouer les vedettes sur le boulevard Gambetta, sans gamberger jusqu'à demain comme une larve ex-coquillée.

   [...]

Les commentaires sont fermés.