Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 octobre 2006

Rêve, errance

(extrait - juin 2004)

 

 

 

[...]

 

Balzac a bien réussi à faire un roman du chagrin qui lui collait à le peau, mais moi j’ai pas envie d’en faire mon pain quotidien, j’préfère manger mes tartines en lisant l’hebdo du coin, avec le café qui fume et le cerveau bien calé dans les derniers potins… le bulletin météo qui sort du poste de radio n’est pas fameux, effectivement là-haut c’est pas radieux.. si j’vais pas au boulot, vais encore manger des radis, mais ça j’l’ai déjà dit.. c’est pour quand le paradis sans préavis..  dehors j’ai peur de me faire télescoper par les visions d’horreur consternant  nos petits écrans devenus grands, dedans ça m’fait pleurer tellement c’est laid..

 

Le don de soi si vite repris, le son de ta voix presque oublié ; elle redevient froide ma vie, comme les nuits dans le désert, comme un jour glacé d’hiver.. même si y avait eu du soleil aujourd’hui, y avait personne pour cligner des yeux avec moi, il y a quelques nuages, mais personne pour me dire : « regarde, on dirait une licorne, celui-là! »

Les pages du livre sont cornées d’avoir été autant maniées, au risque de perdre les manières de l’art. C’est bien joli de savoir tourner une phrase, c’est quand même mieux de rester en phase avec sa vie..

 

[...]

 

 

 

Commentaires

Jolie, la photo : ça m'interpelle, quelque part, au niveau du vécu...

Écrit par : Galahann | samedi, 07 octobre 2006

Oui, n'est-il pas... :)

Écrit par : Absolu | dimanche, 08 octobre 2006

Les commentaires sont fermés.