Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 octobre 2006

Les courses du jour

Eh voilà.. Me revoilà, déjà, ayant affronté les Dieux de l'informatique, de la carte mère et du disque dur.. Je devrais organiser une collecte pour me racheter un pc en bonne et dûe forme, mais j'ai comme le pressentiment que je ne récolterais rien. C'est aussi pour ça que je ne joue pas au loto, ni à l'euromillion, ni tac-o-tac tv, ni rien. Je joue avec les mots. C'est tout.


medium_la_condition_litteraire.jpg

Et pour la peine, aujourd'hui, j'ai acheté un pavé. Un essai. Oui. J'ai décidé de ne plus m'intéresser seulement aux mots, mais aussi à ceux qui les font, à ceux qui en vivent surtout. Certes j'ai étudié quelques auteurs il y a quelques années, mais jamais sous cet angle.

Bernard Lahire étudie la condition d'existence des écrivains à travers les siècles, pourquoi ces artisans, ces artistes, ont rarement pu subvenir à leurs besoins les plus fondamentaux de par cette seule activité (combien de fois me suis-je entendu dire "mais tu ne pourras jamais être "écrivain à temps plein", "c'est bien joli écrire, mais ça ne nourrit pas son homme", "et comment tu paieras ton loyer ?".

Comment écrire lorsqu'on doit assumer un "vrai travail" à côté. Est-on encore écrivain si ça n'est pas l'activité principale? Ne pas pouvoir se consacrer uniquement à son art a forcément des effets secondaires sur celui-ci.

L'auteur nous propose ici une "sociologie des conditions pratiques d'exercice de la littérature", comme il le dit en quatrième de couverture.

Rassurant ? Décourageant ? Ni l'un ni l'autre j'espère.. J'vous tiens informés, j'vais l'attaqeur de ce pas, enfin non, je le commencerai mardi, pourquoi mardi ? Parce que. J'en ai un autre à lire entre temps, en plus d'American Psycho. Eh oui, dur dur la vie de lecteur.

En savoir plus sur l'auteur :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Lahire

Commentaires

Les voix du Seigneur (quel qu'il soit) sont impénétrables !

Écrit par : Galahann | dimanche, 22 octobre 2006

Les voix ? impénétrables ? j'aurais plutôt dit inaudibles... A moins que tu ne parles des voies... :)

Écrit par : Absolu | dimanche, 22 octobre 2006

Tout à fait... la fatigue et le grand âge....

Écrit par : Galahann | lundi, 23 octobre 2006

Les commentaires sont fermés.