Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 novembre 2006

L'étoile du diable

medium_l_etoile_du_diable.jpgSélectionné pour le "concours Polar SNCF été". Il fait chaud dans ce livre, très chaud.. comme la canicule dont souffre la France en été, sauf que là, c'est en Norvège.. Et la chaleur a le don d'accroître l'odeur pestilentielle des cadavres ; encore que ça n'est pas ce dont on souffre le plus ici.


Ce sont surtout les gars mis sur l'affaire qui en souffrent, et surtout Harry Hole, en plein désespoir, son job largement compromis par sa passion pour l'alcool, celui qui réchauffe (comme s'il ne faisait déjà pas assez chaud), l'alcool qui nourrit, mais qui assombrit aussi. Jusqu'à arriver complètement murgé au boulot, jusqu'à se faire enfermer aux Arrêts, pour trouble sur la voie public. Le seul endroit où il aurait pu trouver le salut.. près d'une église...

Drôle de liturgie : un serial killer qui tue, coupe un doigt, place un bijou en forme de pentagramme.. et laisse l'arme du crime sur place. Trop parfait... et Hole finira par le remarquer, éloigné pour un temps de sa  bouteille.. Une mise en scène trop bien huilée, quand sa vie à lui fout le camp tranquillement. Sexe, ou plutôt ses artifices, trafic d'armes, flics véreux, perversité, esprits dérangés, le lecteur est balladé d'hypothèses en trompe-l'oeil,  chapitre après chapitre, il pense avoir trouvé, et puis non, c'est impossible, enfin peut-être..et si.. eh bien non.. mais alors qui? On explore les recoins les plus sombres de Hole, sans savoir tout ce qu'il pense.. il finit par comprendre, mais ne nous dit rien.. L'auteur en sait moins que ses protagonistes.. il s'amuse d'une histoire à l'autre, à nous donner quelques éléments, mais reste en dehors. Comme s'il ne voulait pas être impliqué. Et je le comprends, à dire vrai.

Une analyse des serial killer qui bouleverse un peu les idées préconçues, un mobile qui n'apparaît qu'une vingtaine de pages avant la fin.. mais l'histoire n'est pas finie, encore quelque chose à régler.. Nesbo possède l'art de nous mener par le bout du nez, à ses côtés, pour découvrir en même temps que nous le fin mot de l'histoire..

 

Note : 07/10

Les commentaires sont fermés.