Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 21 novembre 2006

Contours du jour qui vient

medium_contours_du_jour_qui_vient.jpgQuand je suis allée dans la librairie de ma petite ville de Picardie, j'ai cherché ce roman que je savais avoir reçu le prix Goncourt des Lycéens. Je voulais en lire le résumé. Quand ce fut fait, je me suis dit qu'il faudrait que je le lise un de ces quatre (pfff, ça n'en finira donc jamais...), et puis maintenant que j'y pense, en ayant parcouru  (encore et toujours) le web, j'ai vu que la jeune femme avait écrit avant...

 


medium_l_interieur_de_la_nuit.jpg"Ayané était venue étudier en France. Quand elle retourne à Eku, le village qui l'a vue naître au coeur de l'Afrique, elle trouve un lieu désolé, déserté par les hommes qui travaillent au loin, où femmes, enfants et vieillards vivent en marge du monde, dans la misère et l'ennui. La guerre civile ravage le pays. Un soir, des miliciens envahissent le village: ils veulent des garçons pour grossir leur armée, et des filles pour la troupe. Surtout, ils prétendent restaurer l'unité du peuple africain, lui rendre son âme. Une cérémonie se prépare, au cours de laquelle ils imposeront aux villageois de commettre une terrible transgression. Une longue nuit commence...

Léonora Miano vient du Cameroun et vit en France depuis 1991. Avec l'Intérieur de la nuit, un premier roman d'une force rare, elle propose un tableau insolite et passionnant de l'Afrique, avec ses codes, ses rites, ses croyances et ses démons."

Alors je me suis demandé pourquoi on avait attendu son deuxième roman pour lui décerner un prix, pourquoi L'intérieur de la nuit était passé inaperçu... Pourquoi toujours attendre...

 

Les commentaires sont fermés.