Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 décembre 2006

Je voudrais pas crever

Je ne connais pas encore bien l'oeuvre de Boris Vian. Il y a plus d'une dizaine d'années une tante m'a offert l'herbe medium_Vian.jpgrouge, et je ne pouvais à l'époque encore me rendre compte du talent de ce génie mourant. Je n'avais pas encore ce regard subtil, sur la passion qui dévore, sur la maladie qui ronge, et l'homme qui extrait dans la douleur la substance même de son mal sur papier, qui "agonise" en mots.

Je n'ai même pas lu le très célèbre "J'irai cracher sur vos tombes"... C'est pour vous dire !

Cette série de notes "Un jour un livre" est là autant pour vous que pour moi, pour (re)découvrir ces auteurs dont on a entendu parler, dont on sait qu'il sont "géniaux", mais qu'au final on n'a jamais pu ou pris le temps de les lire.

 


Pourquoi que je vis

Pourquoi que je vis

Pourquoi que je vis

Pour la jambe jaune

D’une femme blonde

Appuyée au mur

Sous le plein soleil

Pour la voile ronde

D’un pointu du port

Pour l’ombre des stores

Le café glacé

Qu’on boit dans un tube

Pour toucher le sable

Voir le fond de l’eau

Qui devient si bleu

Qui descend si bas

Avec les poissons

Les calmes poissons

Ils paissent le fond

Volent au-dessus

Des algues cheveux

Comme zoizeaux lents

Comme zoizeaux bleus

Pourquoi que je vis

Parce que c’est joli.

 

Les commentaires sont fermés.