Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 décembre 2006

Magie du livre

medium_warhol-hermann-hesse.jpgEh bien eh bien... Pas moyen de trouver la couverture du livre dont je vous donne un extrait aujourd'hui : Magie du livre, de Hermann Hesse. Faut dire aussi, sa parution n'est pas des plus récentes, 1994. Oui oui, je lisais déjà. Et avec cet ouvrage, j'ai eu encore plus de tendresse pour ces petits être de papier, de carton, de reliure, et d'encre bien sûr.

Hesse va même jusqu'à nous donner des conseils sur la façon de classer nos livres dans une bibliothèque, d'en prendre soin, de faire le tri et de donner ce qu'on ne regrettera pas de ne plus trouver sous ses doigts.

Un amoureux qui se raconte....


DE LA LECTURE

[...]

«  La vie est courte et, dans l’au-delà, personne ne viendra vous demander de combien de livres vous êtes venu à bout. Il est donc idiot et nuisible de passer son temps à lire inutilement. En disant cela, je ne pense même pas aux mauvais livres, mais avant tout à la qualité même de la lecture, Dans la vie, la lecture comme chaque pas, comme chaque respiration, doit apporter quelque chose, il faut y consacrer de l’énergie pour en récolter de plus riches encore, il faut s’égarer pour se retrouver avec plus de conscience encore. Il ne sert à rien de connaître l’histoire de la littérature si nous n’avons pas puisé dans chaque volume que nous avons lu, joie ou consolation, énergie ou paix intérieure. Lire sans réfléchir et pour se distraire, c’est comme se promener les yeux bandés dans un beau paysage. Non plus qu’il ne faut lire pour s’oublier ou oublier la vie quotidienne, Au contraire, il faut lire pour prendre solidement en main son propre destin avec une conscience et une maturité toujours plus grandes. Il faut aborder les livres non pas comme de timides élèves abordant de froids professeurs, non plus que comme des propres à rien tendant la main vers la bouteille de schnaps, mais comme des alpinistes se rendant dans les Alpes et des combattants entrant dans l’arsenal, non pas comme des fuyards et des malgré-nous de la vie, mais comme des gens de bonne volonté se rendant chez des amis et des conseillers. Si les choses étaient et se passaient ainsi, on ne lirait guère plus que le dixième de ce qui se lit actuellement, et nous en serions dix fois plus heureux et plus riches. Et si cela faisait que personne n’achète plus nos livres et qu’en conséquence, nous, écrivains nous écrivions dix fois moins, le monde ne subirait aucun dommage. Car il est vident que l’écriture ne porte pas mieux que la lecture. »

Commentaires

un bjour en passant.
Claude.

Écrit par : un breton en savoie | lundi, 04 décembre 2006

bonjour,

je te propose de voir mon blog quant aux titres des oeuvres d'Hermann Hesse ! verstoihermann

A plus !

Écrit par : goutaudier | lundi, 22 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.