Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 01 janvier 2007

Noir comme polar

Actus polar, livres, DVD, BD, dossiers, histoire du genre, feuilletons... miam-miam !
medium_hautHome2004.jpg
Un extrait :


Les précurseurs

Histoires extraordinaires. Edgar Poe S'inspirant des mémoires de Vidocq parues en France en 1828, Edgar Allan Poe publie double assassinat dans la rue morgue (1841) (traduit en France par Charles Baudelaire). Avec ce premier récit de détection criminelle, il lance le roman policier.
Les lois du genre sont établies : un crime, un problème, une enquête. Du raisonnement, de la psychologie et de la violence... Avec le Chevalier Dupin naît l'archétype du détective.

 Le premier disciple de Poe est français. Emille Gaboriau, journaliste de métier, publie L'affaire Lerouge (1866) créant le personnage du Père Tabaret alias Tirauclair, très inspiré de Dupin. Avec ses récits suivants, entre en scène le premier policier scientifique de l'histoire, j'ai nommé l'inspecteur Lecocq (utilisation des indices, moulage d'empreintes, déduction logique...).

 Ils vont ainsi définir deux écoles :
L'école anglo-saxonne d'Edgar Poe qui s'attache au déroulement de l'enquête créant la figure du détective  amateur.
L'école française de Gaboriau qui, même si elle utilise des méthodes scientifiques reste très sensible à l'aspect  romanesque et créer la figure du policier professionnel.
On retrouve ainsi une fidélité certaine à l'esprit des feuilletons alors très en vogue et qui ont sans doute préparé le terrain.

Pendant ce temps là... :
 Le sénateur Clément de Ris est enlevé pour les besoins d'Une ténébreuse affaire d'Honoré de Balzac (1842).
 Eugène Sue publie Les mystères de Paris (1842).Charles Dickens & Wilkie Collins
 Pierre-Alexis Ponson du Terrail nous offre les aventures de Rocambole (1859).
 Charles Barbara (ami de Charles Baudelaire) nous laisse l'Assassinat du pont rouge (1855) avant de se défénestrer.
 Un an avant Sherlock Holmes, Henri Cauvain publie Maximilien Heller (1886) dont le héros ressemble à s'y méprendre à son illustre collègue. Certains accuseront même Conan Doyle de plagiat (le meilleur moyen de se faire une opinion sur cette épineuse affaire est encore de lire le roman !).
 A l'instar de Arthur Conan Doyle quelques années plus tard Wilkie Collins connaîtra un succès en feuilletons. De novembre 1859 à octobre 1860, la foule se rue sur chaque livraison de La dame en blanc. Les trois volumes de l'édition en librairie, publiés en novembre 1860, s'arracheront en quelques jours.
Suivra Pierre de Lune, récit qui place le réalisme au service du suspense. 
Collins parsème ainsi ses intrigues, souvent inspirées de crimes célèbres ou de faits divers, d'indices quotidiens à l'intérieur de récits imbriqués en poupées gigognes. Il remet au goût du jour la fonction narrative à la première personne.. Un développement dramatique qui le placera comme un des initiateurs du roman moderne.
 Entre 1850 et 1853, Charles Dickens alors au sommet de sa gloire publie des récits d'enquêtes et de patrouilles menées par les fins limiers de Scotland Yard accompagnés par l'auteur pour le magazine Household Words dont il est le rédacteur en chef. Ces textes sont enfin réunis en français dans Histoires policières.

 

 Deux ans avant Edgar Poe, Thomas de Quincey écrit Justice sanglante et invente l'essai noir avec De l'assassinat considéré comme un des beaux-arts.

Les commentaires sont fermés.