Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 12 janvier 2007

Le Prix des libraires - 6

medium_la_logeuse.jpgLa logeuse, Éric Dupont (Marchand de feuilles)

Rosa, jeune Gaspésienne du village côtier de Notre-Dame-du-Cachalot, a été élevée dans une utopie marxiste organisée par le MERDIQ (le ministère de l'Épanouissement des régions désolées et isolées du Québec). Peu après la mort de sa mère, elle prend la route de Montréal où elle loge chez la maléfique Jeanne Joyal, trouve un travail dans un motel de passe et tombe amoureuse d'un policier.
La logeuse est un magnifique roman satirique où il est question d'éoliennes, d'effeuilleuses cubaines, du Empress of Ireland et de rencontres fortuites qui changent le cours d'une vie.

 Avant-goût :

«Pour l'anniversaire de Rosa, sa mère avait sorti du grenier les fanions du Syndicat des travailleurs du papier, des étendards rouges, et elle avait tapissé le plafond de chaque pièce de la maison de petites étoiles. "Voilà Orion", disait-elle en sortant du salon. Des vingt-quatre petits invités, aucun ne se présenta à la fête, et l'énorme gâteau doré en forme de marteau et de faucille narguait les trois femmes debout autour de la table magnifiquement décorée. On ne fit pas enquête sur les motivations des camarades de classe de Rosa. La vérité s'énonçait comme suit : des vingt-quatre mères des enfants invités, il s'en trouvait encore une bonne moitié à maudire en silence Thérèse Ost et son syndicat à qui elles faisaient porter le blâme de la fermeture de la Petticoat Paper Co.»

Librairie Pantoute

Les commentaires sont fermés.