Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 janvier 2007

La reine d'Amérique

medium_reine_d_amerique.jpgQuand elle débarque, cette jeune fille rousse, vierge de tout soupçon, on lui donnerait le bon Dieu sans confession.. C'est sans compter sur le contenu de son baluchon, une baïonnette pour soi-disant se protéger des mauvais garçons.

Ig, Ignacio, est un bon garçon, au fond, même s'il rêve de cambrioler une banque, et même s'il pose des micros chez ses voisins d'en face pour écouter leur réalité. Et puis il a pas une vie facile, avec son père dépressif, enfermé dans sa chambre jour et nuit, en proie à ses fantômes. A priori, Ig n'a donc pas à craindre un coup de baïonnette de la part de Betsy, puisqu'il l'a aidée à trouver un toit où crécher, chez Sandra Jean, sa secrète bien-aimée..

 


Seulement voilà, Betsy, elle a pas l'air comme ça, mais elle est pas patiente pour un sou. Pas très tolérante non plus. Et absolument pas reconnaissante.. Sandra Jean fait trop de bruit avec sa scie électrique. Du coup Betsy elle lui sculpte le corps avec, et puis finalement la découpe en petits morceaux, et la fout dans un coffre.

Ig, avec l'Eventreur, son chien, découvre le carnage, et parvient à s'enfuir. Il va monter un plan, afin de faire arrêter Betsy, pour braquage de banque. Elle ira en prison. Elle comprendra le stratagème. Elle reviendra...

Un scénario pas ordinaire, entremêlé des parcours chaotiques des protagonistes. Chacun se débrouille avec sa folie, ou son grain. Chacun vit avec ses démons, comme il peut. Comme le gars qui rêve de réaliser un film naturiste, qui continue en attendant de se taper les "actrices" qu'il engage pour ses pornos délavés et amateurs, et qui finit par se croire sous l'emprise d'un mauvais sort.

Un chassé-croisé en noir (la nuit) et blanc (la neige) qui ressemble au Labyrinthe, cette construction qui fait face à la maison de Ig, dans laquelle sont enchevêtrés des appartements aux formes biscornues.. Labyrinthe dont les issues s'évaporent à chaque page tournée, dont les pièges se resserrent lentement mais sûrement autour du pauvre Ignacio...

 Note : 7/10.

18:25 Publié dans contes rendus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, littérature, polar | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.