Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 08 février 2007

La ville

(Extrait)

C' est la ville tentaculaire.
La rue-et ses remous comme des câbles
noués autour des monuments-
fuit et revient en longs enlacements ;
et ses foules inextricables
les mains folles, les pas fiévreux,
la haine aux yeux,
happent des dents le temps qui les devance.


A l'aube, au soir, la nuit,
dans le tumulte et la querelle, ou dans l' ennui,
elles jettent vers le hasard l' âpre semence
de leur labeur que l' heure emporte.
Et les comptoirs mornes et noirs
et les bureaux louches et faux
et les banques battent des portes
aux coups de vent de leur démence.
Dehors, une lumière ouatée,
trouble et rouge, comme un haillon qui brûle,
de réverbère en réverbère se recule.
La vie, avec des flots d' alcool est fermentée.



Les bars ouvrent sur les trottoirs
leurs tabernacles de miroirs
où se mirent l' ivresse et la bataille;
une aveugle s' appuie à la muraille
et vend de la lumière, en des boîtes d' un sou;
la débauche et la faim s' accouplent en leur trou
et le choc noir des détresses charnelles
danse et bondit à mort dans les ruelles.
Et coup sur coup, le rut grandit encore
et la rage devient tempête:
on s' écrase sans plus se voir, en quête
du plaisir d' or et de phosphore;
des femmes s' avancent, pâles idoles,
avec, en leurs cheveux, les sexuels symboles.
L' atmosphère fuligineuse et rousse
parfois loin du soleil recule et se retrousse
et c' est alors comme un grand cri jeté
du tumulte total vers la clarté:
places, hôtels, maisons, marchés,
ronflent et s' enflamment si fort de violence
que les mourants cherchent en vain le moment de
silence

Emile Verhaeren, Les Campagnes Hallucinées






Commentaires

Oh Verhaeren ! Je pensais que tout le monde l'avait oublié celui-là !
Alors là, tu m'épates (de plain !).

Et Léon Dierx, tu connais Léon Dierx ?
Albert Samain ?

:-))))

Écrit par : filaplomb | lundi, 12 février 2007

Ehhhhh oué... vive les anthologies des poètes du XXème siècle !

Albert Samain, je connais, mais juste de nom, fais moi donc découvrir !

Et Léon Dierx, point du tout, alors la même, montre-moi qui c'est ! :-)

Écrit par : Absolu | lundi, 12 février 2007

Les commentaires sont fermés.