Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 15 février 2007

On n'empêche pas un petit coeur d'aimer

medium_aimer.jpgSur la colonne de droite, dans la catégorie (re)découverte, vous pouvez voir le livre On n'empêche pas un petit coeur d'aimer. Sur le site de L'express livres, vous pourrez déguster les trois premières pages du roman. Délicieux...

 


Elle met des mots d’amour, quelquefois des douceurs, sous le bras d’un pull-over, dans l’épaule d’un gilet. Elle glisse dans les chaussettes des phrases et des tendresses qu’elle vole à des poètes ou dans des romans de gare.
Mais aujourd’hui, tant pis, elle s’est laissé prendre; comme chaque fois, elle a craint de manquer de temps. Alors qu’elle aurait pu, en s’activant un peu, lui repasser sa chemise, avec la poche plissée. Elle sait qu’il l’aime beaucoup, il l’a rapportée de Nice. Elle apprécie toujours le souffle chaud de la vapeur. Et, quand la semelle avance, le long des boutonnières, elle songe à un chemin de fer. Si, par mégarde, elle lustre un morceau de tissu, elle pense à une catastrophe ferroviaire. C’est dommage, c’est raté. Elle est partie trop tôt. Elle se presse. Elle aime attendre son train, quand il fait route vers elle, et arriver avant que l’on affiche le numéro ou la lettre de la voie. Elle se poste sous le panneau, sa valise à la main, celle qu’elle va lui remettre, avant d’attraper l’autre valise, dans l’autre main, contenant son linge sale, ses chaussures fatiguées, et des savons d’hôtel, du talc, des allumettes, des cadeaux, des trésors qu’il rapporte pour elle.
Il y a des petites choses, dans la pochette du fond, dit-il dans un sourire, l’embrassant pour filer, vif, comme un papillon. Ainsi peut-elle prouver à ceux qui la plaignent, qu’elle est aimée.

 la suite

Les commentaires sont fermés.