Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 29 avril 2007

Anansi boys

medium_anansi_boys.jpg"Tout commence, ainsi que la plupart des choses, par une chanson.Au commencement après tout, étaient les paroles, et elles s'accompagnaient d'un air. Voilà comment fut créé l'univers et divisé le néant, comment les terres et les étoiles, les rêves et les petits dieux aussi bien que les animaux firent leur entrée dans le monde. Ils furent chantés"

Gros Charlie commence mal sa vie... Enfin, c'est son père qui lui commence mal sa vie. Il lui fait honte. Il le "ridiculise" aussi. Déjà son surnom. Il n'a jamais été gros, mais une fois que son père le surnomma de la sorte, tout le monde en prit le pli.

Gros Charlie par la suite n'arrange rien. Il va jusqu'à se tromper d'enterrement au cimetière, déclamant sans conviction un hommage posthume à son père devant une tombe qui n'est pas la sienne.. Même mort, son père le tourne en dérision...


Et puis il apprend que son père, lui-même, ce clown, était un dieu. Le Dieu Anansi, celui qui possédait toutes les histoires du monde, et même avant que l'homme existe, le dieu Araignée, qui a tissé le monde de ses récits. Ce que Gros Charlie apprendra, c'est qu'avant, les histoires étaient à Tigre. Et qu'il compte bien les récupérer. Mais surtout, Charles Nancy, à trente ans, apprend qu'il a un frère..

Dans ce récit, le temps se distend, se déforme, les mondes se mélangent, les dimensions s'effacent, les mythes se mêlent à la réalité. La mère de Rosie, la fiancée de Gros Charlie, est une sorcière anorexique qui contemple ses fruits en cire et "empoisonne" le futur mari de sa fille.

Dans cette histoire, Mygal (eh oui, on n'est pas fils du Dieu Araignée pour rien) le frère de Charlie, ne lui ressemble pas du tout mais se fait passer sans problème pour lui, allant jusqu'à lui rafler sa fiancée. Il parvient même à s'aménager une chambre paradisiaque avec cascade dans un cagibi... Mais bon, quand on veut, on peut...

Il y a aussi le vilain patron de Gros Charlie, qui arnaque tous ses clients depuis 20 ans. Et puis il y a cette femme, qui réclame son dû, pendant des années, et qui aura, une fois morte, l'opportunité de se venger.

Dans cette intrigue aussi, il y a une "foultitude" de points de vue : " Padon ? Vous voulez savoir si Anansi avait l'air d'une araignée ? Evidemment. Sauf quand il avait l'air d'un homme. Non, il n'a jamais changé d'apparence. Ca dépend juste de la manière dont on raconte l'histoire. C'est tout."

Mais surtout dans cette aventure, il y a les oiseaux.. Et vous le savez, les oiseaux ne sont pas les amis des araignées, depuis qu'Anansi a joué un mauvais tour à Dame Oiseau. Depuis, les oiseaux mangent les araignées. Alors les araignées, elles, elles peuvent être venimeuses.. Et attaquer Tigre..

C'est un peu comme les fables de La Fontaine sans morale. un peu comme la mythologie grecque sans le côté humain, ou encore comme une histoire vieille de millions d'années qui existera bien après l'extinction de la race des hommes. Car les histoires n'ont pas besoin d'oreilles ni de bouches humaines pour être racontées et entendues. Elles ont juste besoin d'un air, pour les porter. D'une chanson, pour voyager.

Après tout : "les histoires sont comme les araignées, avec leurs longues pattes, et les histoires sont aussi comme les toiles d'araignées dans lesquelles l'homme s'englue mais qui ont l'air si joli quand on les voit sous une feuille, dans la rosée du matin, élégamment reliées les unes aux autres, chacune à sa voisine."

Et de toute façon : "Ca, c'est une histoire d'Anansi. Bien sûr, toutes les histoires sont d'Anansi. Même celle-ci".

Ca foisonne d'humour là-dedans... ça foisonne d'humour et de chansons... parce qu'il faut savoir qu'une chanson peut vous sauver la vie, voire l'éternité... Eh oui... ça chante une araignée, quand elle a l'air d'un être humain. Ou l'inverse.. Je ne sais plus. Allez vérifier par vous-même ! moi j'ai une grosse araignée sur le mur à remettre gentiment dehors. J'veux pas d'histoire moi...

 

7.5/10 : Inclassable, et c'est tant mieux !

Les commentaires sont fermés.