Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 09 mai 2007

Le jardin des Supplices

medium_41NY8HS858L_SS500_.jpgNotre monde est un monde violent. Il n'y a pas un jour où nous ne sommes pas exposés dans tous les médias à la violence naturelle de l'homme.

Pire, les images chocs font recette, les audiences des journaux télévisés le prouvent. L'homme est un loup pour l'homme, et il est aussi depuis tout temps un voyeur zélé de la violence et de la misère humaine qui l'attire autant et qui reste  pour lui un spectacle de choix. A l'époque où les bandits étaient éxécutés en public les gens se rendaient au supplice comme on se rend maintenant en famille voir un film. A l'heure où internet et tous les médias (les magazines se vendent surtout pour leurs faits divers) la lecture du Jardin des supplices, paru à la fin du XIXème siècle est une lecture qui reste d'actualité et qui nous éclaire sur le voyeurisme primaire de l'être humain, sur sa fascination du mal.

Octave Mirbeau dénonce dans ce livre le pourrissement abject de la société de son époque quelques années avant la "boucherie héroïque" de 14-18.

Le pitch?

                  


       Ce roman nous plonge dans la Chine de la fin XIXème, un pays où les quelques Européens qui s'y rendent se plaisent à frémir d'horreur devant la barbarie ancestrale d'un peuple raffiné et cruel.

Ce livre bourré d'humour noir (le ton de Mirbeau est toujours à prendre  au second degré  et fait souvent sourire) nous raconte l'histoire d'un homme ruiné qui cherche à se refaire. Pour cela il compte sur un ami ministre  de moeurs légères, qu'il connaît depuis l'enfance et qu'il tient par sa connaissances de quelques affaires compromettantes l'impliquant directement.

Le ministre en question exaspéré par son "boulet" d'ami lui propose de se présenter en tant que député mais l'expérience politique s'avère catastrophique. Soucieux d'envoyer loin son ami le ministre le charge de partir dans une expédition scientifique (l'ami ne connait rien à la science) en Inde. Sur le bateau notre héros tombe amoureux d'une femme mystérieuse fascinée par les tortures et qui va le détourner de sa mission première, pour aller en Chine... Arrivé là bas il suit sa dulcinée vers ce qu'elle préfère de cette Chine du XIXème siècle, le jardin des supplices... 

Un livre unique à la fois humoristique et dérangeant.

                                                                          AGENT BEN

                                                                        

Les commentaires sont fermés.