Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 mai 2007

Le magasin des suicides

medium_teule.jpg" Nos suicides sont garantis. Mort ou remboursé ! " "Et puis, comme je dis toujours, on ne meurt qu'une fois, alors autant que ce soit un moment inoubliable."

Le ton est donné.. La mort n'a qu'à bien se tenir et aiguiser sa faux correctement..  Y a des jugulaires à trancher, du sang à empoisonner, des crânes à fendre et des poumons à noyer... Mais attention.. Tout cela a un prix. Eh oui, se suicider, d'accord ! Mais faites-le bien ! Il faut que ça marque les esprits de votre entourage, qu'on se souvienne de vous !


Quelle malédiction ce gamin, imaginez un peu, il sourit.... Déjà au berceau, il sourit.. Eh non, ça n'est pas un pli de bouche, ça n'est pas la colique... c'est un vrai sourire, misère...

Ah oui, et puis, il chantonne aussi, et dessine des soleils, il trouve même que sa soeur est belle ! Quelle honte cet enfant ! Ce n'est pas comme son grand frère, Vincent, le génie morbide de la famille... En ce moment il élabore la maquette d'un parc d'attractions du suicide.. avec un grand huit sur lequel il manque des bouts de rail.. Fantastique non ? Ah ce Vincent, avec ses bandages sur son crâne, pour éviter qu'il n'explose..

Marilyn, elle, ne comprend pas pourquoi sa famille reste en vie.. puisqu'elle vend du suicide.. Et pourquoi ses parents ont décidé de donner la vie... Il fallait bien une descendance pour assurer la reprise de l'entreprise ! Mais Alan... Alan, il était pas prévu... Pour une fois que ses parents testent un de leur produit : des préservatifs troués.. Ah ça, l'efficacité a été prouvée à 100% !

Il faut qu'il arrête de sourire aux clients, de leur dire "au revoir", d'émousser les lames de rasoir, d'effiler les cordes, de remplacer les pommes empoisonnées par des saines..

Mais le pire.... c'est qu'il s'en prend aux membres de sa propre famille... Vincent, l'anorexique psycho-maniaco-dépressif retrouve l'appétit.. Marilyn se découvre un corps de femme.. Non, décidément, plus rien ne va pour le père, Mishima.. Lui qui avait trouvé l'emplacement idéal, pour sa boutique, rue Bérégovoy....

Un cynisme à mourir.. de rire (oui je sais, c'est facile) !

Note : 7,5/10

Les commentaires sont fermés.