Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 mai 2007

Serre-moi

medium_tryo.3.jpg
Embrasse-moi dessus bord
Viens mon ange, retracer le ciel
J'irai crucifier ton corps,
Pourrais-je dépunaiser tes ailes ?
Embrasser, te mordre en même temps
Enfoncer mes ongles dans ton dos brûlant
Te supplier de me revenir et tout faire
ô tout pour te voir partir et viens!


Emmène-moi là-bas
Donne-moi la main
Que je ne la prenne pas
Ecorche mes ailes
Envole-moi
Et laisse-toi tranquille à la fois
Mille fois entrelaçons nous
Et lassons nous meme en-dessous
Serre-moi encore serre-moi
Jusqu'à étouffer de toi

Il y a des salauds
Qui pillent le coeur des femmes
Et des femmes qui n'savent plus trop
D'où l'amour tire son charme
Papillons de fleurs en fleurs
D'amour en amour de coeur
Ceux qui n'ont qu'une etoile
Ou ceux qui brûlent leur voiles

J'aime tes larmes quand tu aimes
Ta sueur le sang, rendons-nous amants
Qui se passionne, qui se saigne
J'aime quand mon ecorché est vivant
Je ne donne pas long feu
A nos tragédies, à nos adieux

Reviens-moi, reviens-moi
Tu partiras mieux comme ça
A force de se tordre,
On en finirait par se mordre
A quoi bon se reconstruire,
Quand on est adepte du pire
Malgré nous, malgré nous,
A quoi bon se sentir plus grand
Que nos deux grains de folie dans le vent
deux âmes brûlantes deux enfants

Il y a des salauds
Qui pillent le coeur des femmes
Et des femmes qui n'savent plus trop
D'où l'amour tire son charme
Papillons de fleurs en fleurs
D'amour en amour de coeur
Ceux qui n'ont qu'une étoile
Ou ceux qui brûlent leur voiles

Embrasse-moi dessus bord
Viens mon ange, retracer le ciel
J'irai crucifier ton corps,
Pourrais-je depunaiser tes ailes ?
Embrasser, te mordre en même temps
Enfoncer mes ongles dans ton dos brûlant
Te supplier de me revenir et tout faire
Pour te voir partir et viens!
Emmène-moi là bas
Donne-moi la main
Que je ne la prenne pas
Ecorche mes ailes
Envole-moi
Et laisse-toi tranquille à la fois
Mille fois entrelaçons-nous
Et lassons-nous même en dessous

Les commentaires sont fermés.