Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 05 juin 2007

La littérature au drive-in

Aux Etats-Unis, les usagers de certaines bibliothèques n’ont même plus à se donner la peine de sortir de leurs véhicules pour rendre ou emprunter des livres.

Le 23 mai, Docuzik, blog d’un documentaliste musicien qui participe actuellement à un échange à Baltimore (Etats-Unis), révélait une nouvelle mode américaine qui gagne les bibliothèques : le drive-in. L’Anchor Southeast Library, première bibliothèque à être construite à Baltimore depuis plus de 35 ans, « a ouvert un nouveau service de “drive thru”… » Retours, prêts, amendes de retard : ce service permet aux usagers de tout faire sans quitter leur véhicule. Du Texas au Michigan, en passant par la Pennsylvanie, l’Illinois, la Floride, l’Arkansas, l’Etat de New-York, l’Indiana, l’Ohio ou la Virginie, les bibliothèques sont de plus en plus nombreuses à proposer ce service.

 


Sur le modèle des fast-food

Ces drive-in d’outre-Atlantique, appelés « drive-thru » ou « drive-through », se présentent comme des guichets avec une fenêtre ouverte sur la route longeant l’entrée de la bibliothèque. Arrivé devant le « kiosque », l’usager avertit de sa présence en actionnant une cloche ou en pressant un bouton. Une fois un membre du personnel arrivé, le visiteur peut rendre ses livres et/ou passer commande. Quelques minutes suffisent alors pour qu’il soit satisfait.

Les services de drive-in affichent des horaires d’ouverture qui se calquent sur ceux de la bibliothèque, quelques rares seulement faisant des heures supplémentaires.

« Une commodité dans des situations particulières »

« Les clients font surtout appel au drive-in pour le retour des livres », observe l’équipe de la bibliothèque publique de Friendswood (30 000 habitants) dans un groupe de discussion. « Les parents avec des enfants malades ou endormis apprécient vraiment ce service. Les gens aiment aussi l’utiliser les jours de pluie. » Selon les bibliothécaires, « cet abri n’empêche pas le public de pénétrer à l’intérieur ; au contraire, il offre une commodité supplémentaire aux visiteurs réguliers qui se trouvent dans une situation particulière ».

 

vlg, ls
le 04 juin 2007

capté

Les commentaires sont fermés.