Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 12 juin 2007

Premièrement : les mots verts

[...] Il y avait les mots verts, encore trop acides pour mettre leur jus en bouteille, pas assez mûrs pour tomber au creux de mon oreille. Ceux-là même qui s'échappent alor sque le sommeil nous rattrape. Ces mots couleur des prés qu'on peut dire quand on est encore loin, herbe folle pas encore déracinée d'un amour déjà calciné. [...]

Les commentaires sont fermés.