Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 20 juin 2007

Tour du monde du petit coin

Mot de l'éditeur

c4a2e250c8a57d617c623fe3e5196083.gifUn livre consacré à la plus petite pièce de la maison.
Hutte sur pilotis, cabane en bois, design dernier cri, luxe inouï ou total dénuement : à chacun sa conception des toilettes publiques ou privées.
A travers ce tour du monde, cet ouvrage donne un aperçu à la fois drôle et érudit sur les traditions millénaires relatives à la fréquentation intime du "petit coin".

Les auteurs: Morna E. Gregory et Sian James, deux jeunes Canadiennes qui se sont rencontrées dans un centre équestre. Elles y ramassaient ensemble le crottin des chevaux. La vocation ou, du moins, la nostalgie de la matière est restée.

Le genre: Encyclopédie mondiale du petit coin.

Le contenu: Dis-moi où tu urines, je te dirai qui tu es et quelle est ton espérance de vie! C'est un peu l'ambition de ce petit guide qui recense les mille et une façons d'aller aux cabinets, photos à l'appui. On y apprend que les toilettes australiennes sont en acier, que les Canadiens ont inventé l' «urinette» pour ces dames, que les Indiens préfèrent s'accroupir au-dessus de la cuvette, ou que les toilettes en Turquie sont encore bien souvent... à la turque!

Les références: Quelque part entre les fascicules ethnographiques de Géo et les guides fashion de teNeues. Ça dépend du continent!

La phrase: «Les astronautes sont tenus de s'attacher aux toilettes, car l'étanchéité est extrêmement importante dans le cas d'un environnement à gravité zéro. Un système de vidange complexe est situé sous le siège pour séparer les matières liquides et solides. Les conséquences d'un rejet de déchets solides dans l'espace étant méconnues, ceux-ci sont compressés dans des disques plats que la NASA désigne sous le terme de "rondelles personnelles".»

Le verdict: On pourrait croire à la plaisanterie scato. Au lieu de ça, on découvre avec curiosité un aspect culturel curieusement passé sous silence, et moins futile qu'il n'y paraît. Le ton, forcément, est humoristique, et la variété de «vécés» assez déroutante. En prime, vous aurez même une histoire de la chasse d'eau! De quoi se sentir comme un roi sur son trône...

*Objet littéraire non identifié

capté

Les commentaires sont fermés.