Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 juin 2007

Littérature à écouter

Je vous l'accorde, j'en ai déjà parlé ici, de littérature à entendre, par le biais de livres-audio, des romans, des nouvelles, enregistrés par les auteurs ou d'autres personnalités. Une initiative qu'on ne peut qu'encourager, et colporter un peu partout, notamment les bibliothèques... Nous aurons l'occasion d'en discuter à nouveau, je pense.. Et peut-être ailleurs...

Donc, merci Mathilde (oui, elle est formidable Mathilde, elle fait partie des passeurs de savoir[s], merci Mathilde), pour ce lien concernant la littérature audio.. Le site n'est pas encore très fourni, un peu d'indulgence, et surtout, surtout, des encouragements ! J'allais oublier : c'est gratuit !

Un p'tit Verlaine pour commencer ? podcast

Février 2005 - souvenir (3)

- il est vrai que pendant mes années collège j'ai redoublé de passion pour la littérature dite fantastique et ai passé nombre de mercredis après-midi à dévorer les rayons du secteur adulte de la bibliothèque municipale, Stephen King, Peter Straub, et j'en passe, dont Anne Rice.. tandis que mes chères camarades se promenaient en ville à tenter d'alpaguer le mâle boutonneux et pressé de goûter aux prémices d'une sexualité encore bien embrouillée.. Loin d'être asexuée, j'avais mon prince charmant, mais je ne correspondais pas à la belle au bois dormant... j'ai donc plongé corps et âme dans l'imaginaire, tenu pendant quelques années de "calvaire" un journal intime, à l'écriture encore imprécise, mais plutôt régulière... jusqu'à l'entrée au lycée, où je l'ai lâchement abandonné.. (je dois croire qu'il en fut largement soulagé d'ailleurs...)

vendredi, 29 juin 2007

L'Ange - Paul Valéry

Je permets à quelques livres de voyager vers d'autres contrées. C'est un service que je rends à la formidable étagère qui m'accompagne depuis quelques années. Le dernier envolé contient ceci :

"Il essayait de se sourire : il se pleurait. Cette infidélité de son visage confondait son intelligence parfaite ; et cet air si particulier qu'il observait, une affection si accidentelle de ses traits, leur expression tellement inégale à l'universalité de sa connaissance limpide, en blessaient mystérieusement l'unité."

2cd3042b0f76be9e265496d08efb5c8f.jpg
Allez, Monsieur Valéry, porter vos mots en un autre foyer. Vous êtes un ange.

Février 2005 - souvenir (2)

- donc oui en effet non seulement j'étais plutôt "ronde", ce qui reste flatteur, j'étais imposante plutôt dirais-je, grande, large, avec un surpoids, bref, un peu une allure de rugbyman à lunettes et cheveux longs, qui collectionnait les félicitations et les "on la pousse elle roule" de ses carmarades qui n'attendaient qu'une chose, que je me dévoue pour aller résoudre au tableau un problème de géométrie.. Ce qui me désespérait n'était pas le problème en lui-même, mais plutôt le fait que toute la classe aurait pour horizon un arrière-train que je m'évertuais à camoufler..eh oui, j'avais tout pour plaire, c'est clair... la seule matière qui me posait problème était, eh oui, les cours d'EPS...

jeudi, 28 juin 2007

Pas sortie des mots...

Voilà. Il fallait que vous le sachiez. Je ne m'en sortirai jamais. Non. Et vous savez quoi ? Tant mieux !

Ces trois livres ont fait leur apparition dans mon champ de vision, et mobilisé mon intérêt. Encore. Damned. Je suis cernée.

6a587f3eb73206d963bbe708130485a5.jpgPrésentation de l'éditeur
" Raconter des histoires : ce devrait être la fonction première du roman. Cela longtemps l'a été, de Stendhal à Tolstoï, de Dickens à Melville, de Stevenson à Simenon. Aujourd'hui, en France du moins, les romanciers ne racontent plus : ils parlent d'eux-mêmes, ce qui est tout différent. Ils ont perdu l'art de se créer des doubles et de se projeter dans des identités de rechange. Ils expérimentent, ils ressassent, ils n'ont plus cette liberté, cette gaieté de se transformer en d'autres qu'eux-mêmes. L'Art de raconter est tout le contraire d'un traité sur le roman c'est une défense et illustration, à travers de nombreux exemples français et étrangers, du roman comme plaisir, comme jubilation, comme machine à rêver et à entraîner le lecteur dans les émois et les délices de l'aventure ." D.F

da2fbee41d19de2b275d971b4ed339fd.jpgPrésentation de l'éditeur
Le succès d'Harry Potter aura eu raison de ces enquêtes pessimistes sur le rapport à la lecture de nos enfants, soi-disant plus fascinés par l'image omniprésente que par les mots. Quand ils aiment les livres, nos enfants les dévorent. Et, contrairement à la surprise qui accompagne à chaque fois ces succès de librairie, ce phénomène n'a rien de nouveau.
D'où vient une telle séduction ? Comment ces livres touchent-ils nos enfants au point de déclencher en eux une véritable passion, celle de la lecture ? Sophie de Mijolla-Mellor a choisi des œuvres aussi éloignées par leur forme que par leur époque. De la Comtesse de Ségur à Harry Potter en passant par la série " Chair de poule ", elle se propose, non pas d'expliquer la réussite commerciale de ces ouvrages, mais de cerner, à travers eux, ce qui permet aux enfants de découvrir un goût de lire qui ne les quittera plus. C'est l'aventure de ces enfants qui commencent tout juste à lire seuls qu'elle nous fait partager, les fantasmes et les croyances, les angoisses et les désirs que la lecture active en eux, l'ouverture et la liberté qu'elle leur offre. Il s'agit en somme de comprendre comment naît le plaisir de lire.

 

e5a47d69a8061e38eee29ebaa484b5b4.gif

Mot de l'éditeur

Comme le dosage des saveurs en cuisine, la ponctuation est un art délicat, pas toujours bien maîtrisé. Chacun l'utilise sans vraiment y réfléchir, un peu comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir. Cet ouvrage s'adresse à ceux qui souhaitent améliorer leur expression écrite, mais aussi à tous les esprits curieux, amoureux des mots et de la littérature. Il propose une approche décomplexée de cette " petite science ", si essentielle à la compréhension d'un texte. Un livre savant et ludique à la fois, où les signes de ponctuation deviennent autant de personnages dont nous sont contés les pérégrinations et les usages. Une promenade singulière qui ravira tous les amateurs de style.

Voilà. Y a plus qu'à me souhaiter bon courage. Merci/

Caresse de rouge

fa6be0b0648ff4a00ff1e640951909ac.jpgFélix doit constater les dégâts causés par un incendie dans l'appartement d'un de ses clients. Les locataires, une jeune femme et son fils, ont disparu peu avant que le feu ne dévore leur intérieur. Quelqu'un les a vus partir, s'enfuir, il ne peut pas bien dire. Ce qu'il peut certifier, c'est qu'ils n'avaient aucune affaire avec eux.

Cela lui fait penser à Marie, qui elle aussi est partie sans ses affaires, sans son fils, qui lui a laissé, une fois qu'elle a eu suffisamment materné. Elle lui avait dit, d'ailleurs, quand Colin est né, qu'elle le lui rendrait plus tard, qu'elle le lui "donnerait". C'est ce qu'elle a fait.

Alors Félix a dû improviser.

Lire la suite

mercredi, 27 juin 2007

F*** my Dad

4e5b9fca0ee4b4fabc8dc323a1870ff3.jpg

Février 2005 - souvenir

C'est l'idéal pour commencer la journée, non je dirais même plus, c'est passage obligatoire pour déboucher les conduits auditifs, aiguiser les sens, et supporter les jérémiades diverses et variées de certains élèves à l'allure avariée..

Je me connecte sur Hotmail, et oh! que vois-je, un extrait de ma biographie.. je rectifie un peu le tir, sans me prendre pour une "pool", et me permets de préciser certains points..

Pour répondre à tes questions :

- je suis partie au ski avec trois personne de sexe masculin, ce qui n'a pas changé grand chose, au déroulement du séjour, si ce n'est des parties de belote endiablées, et une tartiflette disparue à peine posée sur la table.. il ne faut cependant pas oublier le petit resto bien sympathique "Le p'tit savoyard", ou un nom approchant.. orgie de fromages et jambons de pays, un vin "la Mondeuse", heureuse découverte, un café génépi pas piqué des hannetons, qui m'a fait voir des edelweiss sans bouger de ma chaise.. je te passe les matins qui trainent (j'ai encore pu constater à quel point la gente masculine doit souffir d'une maladie particulière qui l'empêche de se lever de son lit.. Flémingite aigüe, feignasserie évolutive, je ne sais..). Fort heureusement la neige nous a fait l'honneur et une sacrée faveur de se déverser avec ferveur les trois premiers jours, et donc même nous, pauvres retardaires (enfin on était en vacances aussi hein, pas dans un championnat..) pouvions à notre aise arpenter des pistes plus que fournies.. enfin quand on les voyait, à partir du troisième jour.. quand la neige s'est dit : "ah, tiens, j'crois qu'il y en a assez là.."....

à suivre

mardi, 26 juin 2007

Et si on parlait conte rendu ?

Vous avez raison. Je laisse moins de contes rendus. Je lis moins. Enfin non. Je ne lis pas moins. Je lis autrement.

Et puis, il y a ça aussi, à finir, ou à commencer :

360247b3862c4868337d115775a709af.jpg
Mais surtout, il y a ça :
1e44b166254bb53a7b388b6d111a415a.jpg
Comment voulez-vous que je m'en sorte..
Je lance donc un avis de recherche pour une étagère,
pas trop grande, simple, légère...

15:00 Publié dans LaVieDuBlog | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : littérature, roman, livres | | | |  Facebook

Deux fins lambeaux d'étoile

Deux fins lambeaux d'étoile
deux cristaux de promesse
l'air pur et puis la nuit et puis et puis et puis
toute danse étreignant deux fins lambeaux d'étoiles
les ciseaux de lumière après la tour Eiffel
et le printemps déjà qui déjà déjà luit

traînant sous ces arceaux un corps toujours revêche
ce corps enfin s'adjoint ce corps qui l'avait fui
la chair où court le sang la chair de totue nuit
et les courbes marquant le trajet des mains rêches

obscur mangeur de jour ces deux mains unité
la longueur d'un maintien la chaleur des deux paumes
tous les feux sont éteints il reste pour la nuit
la grande conjonction de l'herbe et de la pierre

320b6a8e566929158daafa53a943b783.jpg

lundi, 25 juin 2007

Comment trouver

2

comment trouver

(la voix
est vide)

le moi
se perd en
rien

l'autre
sourit

Camp de vacances dans le livre

Camp littéraire pour jeunes mordus de lecture


59dcb4ef32dece132dfdb0eb48ebaab3.gifOrganisé par Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), un camp de jour gratuit, réservé aux jeunes de 8 à 13 ans, aura lieu cet été du 9 au 13 juillet et du 13 au 17 août à Montréal.
Pour chacune des deux éditions, le camp recevra 22 participants choisis par tirage au sort parmi toutes les inscriptions reçues avant la date limite du 16 avril prochain.
Les jeunes seront encadrés par des animateurs spécialisés, et auront la chance de rencontrer des auteurs, des illustrateurs et des artistes du monde du livre. De nombreuses activités autour de la lecture et de l'écriture leur seront proposées.

en savoir plus

10:00 Publié dans cultiver | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, jeunes, vacances | | | |  Facebook

dimanche, 24 juin 2007

Quand l'art s'emmêle 2 : A&A - thème : mouvement

Avant, c'était

Puis, il y a :

6f44bfd7a85ad4d21a952f98e91c697f.jpg
Plus tard, ce sera là-bas
(tableau, photo, texte, musique, poésie, sculpture)

 

Parade matinale

"Les allées pleines, les haleines chargées, la condensation embuent les fenêtres des wagons, ça cache un peu le noir du béton entre chaque station. L’on ne voit plus que la masse grouillante, où chacun se débrouille pour respirer, qui entre, qui sort, qui se resserre, qui s’éparpille, mouvements incessants des corps qui s’entassent, des hommes qui s’envient, qui s’engouffrent dans les rames, sans vie.. c’est la parade matinale... "

vendredi, 22 juin 2007

Barbery

Chez Barbery,  y a ça :
Le BaRBeRy v 1.0 : Dico mégalo CoRHuPOP
(Cognitivo-Rapo-Humoristico-Poético-Oulipo-Psychanalytique) :
a68c76381fe89a1840c17ca57c165da3.jpg
45fd55196df37f0f1f18f35b16b299b7.jpg
1921d28266cf2d8b3e7aed0e769baf47.jpg

 

Y a d'la philosophie :

" Non, je ne crois pas, je n'ai jamais cru, je ne croirai pas en ma mort "
ou billet d'humeur anti-heideggérien (1995)
 

Y a d'la poésie aussi, chez Barbery, le mari. Si si.. :

d696328c34ea71ff20a51d030e9a3435.jpg

Enfin y a plein de choses bien, chez Monsieur Barbery.. Pas de jeu de mots avec son nom, je pense qu'il en a déjà fait le tour..
Allez voir, faites-lui plaisir, merci.