Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 août 2007

MES CONTEMPORAINS

Mes contemporains ne me sont rien et les plus grandes jouissances de ma vie viennent de ces monuments que sont les idées semées jadis par mes semblables qui eux aussi ont erré parmi leurs contemporains. Les lettres qu'ils ont tracées peuvent sembler sans vie, elles me parlent plus intimement que bien des bipèdes vivants. Une lettre du pays compte plus pour l'émigré qu'une conversation avec les étrangers autour de lui,et, sur les îles désertes, les traces des anciens occupants en disent plus au voyageur que les singes et les cacatoès sur les arbres d'alentour.

                      ARTHUR SHOPENHAUER (7.vers 1822 extrait de "A soi-même").

Les commentaires sont fermés.