Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 01 octobre 2007

L'aube le soir ou la nuit

c5c4253bd2679d1ec0137e23ae1619ed.jpgAUTEUR: Yasmina Reza

Yasmina Reza l'excellente écrivain de la pièce "Art" décide fin 2006 de suivre Nicolas Sarkozy lors de sa campagne électorale à la présidentielle pour faire son portrait.

L'homme  accepte il est même flatté...

Quelques mois plus tard Nicolas est président... Et sort donc le livre de Yasmina qui est annoncé dans plusieurs médias comme l'événement littéraire de l'année, un phénomène comparable aux "Bienveillantes" de Jonathan Littell.

                                       Impatient de lire ce livre  "événement" je l'achète dés sa sortie vendredi dernier.


Samedi, je l'ai lu et je peux dire que c'est le livre le plus creux que j'ai lu depuis longtemps...

Bien écrit c'est indéniable, le livre n'a pas de contenu... Grande déception (je m'attendais à des scoops, à des moments d'émotions, et là rien. Peut-être que cela est dû au bombardement médiatique qu'il y a eu sur le candidat Sarkozy, et qu'en fait on connait par coeur...  Le roman est un best of de ce que l'on a déjà vu à la télévision, les discours du Président, dans toute la France (certes brillants comme celui sur l'identité nationale) mais c'est tout.

Passé les répétitions sur les tenues vestimentaires très "classes "du candidat UMP :" il enfile un polo Ralf Lauren, dont il relève le col comme celui d'un trench coat" (...) il a également changé de pantalon", "il a mis une chemise rose et une cravate noire". Il a quitté telle maison de couture pour une autre, rien... Yasmina pourtant témoin privilégié écrit sur ses cahiers d'écolière des banalités affligeantes. Ah! si ,Yasmina constate  que Nicolas ressemble a un enfant quand il dort...

On ne pourra pas  lui reprocher d'avoir pris parti ou de saborder l'image du président, elle reste un témoin neutre donc fade...

Elle  avoue quand même être déçue de ne pas entendre le mot culture dans la campagne, mais n'en parle pas au candidat... Un portrait donc : Nicolas Sarkozy vit dans le mouvement, il a de l'ambition, il aime le combat et  sa femme... Pour lui hier n'existe pas, c'est demain qui l'intéresse (on s'en doute un peu à quelque mois d'être un des hommes les plus puissants de la planète). Il consulte tous les jours la presse et lit les sondages...

Ici, oui ! une anecdote sur la rencontre entre Nicolas et Marc Lévy ! La fille de Nicolas aime l'auteur et  lui demande un autographe, il est déçu de ne pas vendre autant de livres que lui... Peut être un jour qui sait.

Enfin Nicolas certainement fatigué lâche un jour "Qu'est ce qu'on va foutre dans un centre opérationnel sinistre à regarder un radar? Vous vous êtes renseignés sur la météo ? Qui a eu cette idée de demeuré ?...Je me fous des Bretons. Je vais être au milieu de dix connards en train de regarder une carte!Une demi heure pour aller dans le centre opérationnel, et encore une demi-heure pour aller au centre Alzeimer! Dernier jours de campagne, dans une salle voir une carte! Grand sens politique, vraiment!

Sur le plan polique pas d'analyse, on sent que Yasmina n'est pas concernée.

Bref un livre vide et sans intérêt, sauf peut-être pour quelqu'un qui sortirait d'un long coma et qui aurait raté toutes les émissions politiques et le battage médiatique de nos dernières élections présidentielles.

Avis à  vous amis lecteurs lisez ou relisez le chef-d'oeuvre de Yasmina Reza "Art" et évitez la lecture de ce livre qui constituerez pour vous une perte de temps inutile.

AGENT BEN. 

11:16 Publié dans contes rendus | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : littérature, roman, reza | | | |  Facebook

Commentaires

C'est donc de ce livre que vient le fameux "discours sur les Bretons"...
Merci pour cette critique. C'est étonnant de la part de Yasmine Reza de sortir un truc aussi creux.

Écrit par : chonchon | samedi, 01 septembre 2007

"En fait de grand événement, il y en a un en réalité. Et même si ça ressemble à un gag, il s'appelle... Nicolas Sarkozy. Yasmina Reza, auteure de théâtre internationalement connue pour sa pièce Art, a été admise pendant 12 mois dans le proche entourage du candidat à la présidence. Il en est sorti il y a 10 jours un petit livre de 185 pages, au propos finalement assez mince, mais tout à fait dans le style Reza: élégant, allusif, parfois instructif ou amusant, souvent creux. Yasmina Reza ne veut surtout pas faire du vulgaire reportage: il n'y a donc aucune révélation majeure et, bizarrement, pas plus de trois lignes sur Cécilia, mais une succession de saynètes et d'instantanés, souvent savoureux, sur l'hyperactivité de Sarkozy, ses angoisses, sa propension au mauvais goût.

Indéniablement, ce n'est pas une oeuvre majeure. Mais, la renommée de Yasmina Reza aidant, Flammarion a transformé la publication en événement majeur. Embargo total en direction des médias, qui n'ont pas eu le livre avant la mise en place en librairie, une seule et unique interview de Mme Reza, dans le Nouvel Observateur. Un tirage initial de 100 000 exemplaires qui semblait déjà écoulé en 10 jours. Du coup, même si l'éditeur proclame avec une fausse modestie qu'il n'est pas «dans la course aux prix», le triomphe est tel que les médias mentionnent cet opuscule mondain dans les listes de goncourables."

http://www.cyberpresse.ca/article/20070902/CPARTS02/709020399/1050/CPARTS02

Écrit par : absolu | dimanche, 02 septembre 2007

Les commentaires sont fermés.