Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 novembre 2007

Dans le scriptorium

197a05d2c033abdc89cb4e929e9651a4.jpg

 

"J'y suis allé parce que j'en avais reçu l'ordre et maintenant je suis revenu pour présenter mon rapport. On m'éoutera ou on ne m'écoutera pas, et puis je serai emmené dehors et exécuté. J'en ai désormais la quasi-certitude. l'important, c'est de ne pas me fair d'illusions, de résister à la tentation d'espérer. Quad enfin ils m'adosseront au mur, quand ils mettront mon corps en joue, la seule chose que je leur demanderai, ce sera de m'enlever le bandeau. Ce n'est pas que j'éprouve le moindre intér^t à voir les hommes qui me tueront, mais je veux pouvoir encore regarder le ciel. Là se bornent à présent mes désirs. Me tenir debout en plein air et voir le ciel immense et bleu au-desss de moi, contempler une dernière fois l'infini hurlant."

Voici ce que découvre M. Blank (page blanche en anglais), lorsqu'il sort d'un de ces voyages parmi des ombres sombres, âmes mortes, morceaux de souvenir, passé flouté. Lorsqu'il s'éveille au seuil d'une conscience de soi incertaine, seul l'instant présent lui est tangible. Assis sur un lit, dans une pièce rectangulaire, un bureau, sur lequel repose le fameux manuscrit.

Des bribes, des flashes lui parviennent de sa vie avant cette chambre/cellule. Il se distingue également de l'homme dont il est question dans le manuscrit, enfermé également, et à qui l'on avait proposé, durant son enfermement, des feuilles et un stylo, au cas où il aurait des choses à raconter.

Au fur et à mesure que l'on avance dans le récit, on soupçonne, suppose, on s'appuie sur quelques indices, de vagues souvenirs, on croit comprendre, on sait, et puis on 'est plus très sûr. Les souvenirs se mélangent aux illusions, les fantômes au gens réels. Présomption, conjectures.. Tout n'est que peut-être, si.. Un nuage noir plane au-dessus de sa tête, s'insinue dans son esprit, obscurcit sa vision des choses. Il est quasiment assuré d'avoir nui à de nombreuses vies, quasiment... Mais comment  ? Pourquoi ?

Le narrateur du manuscrit se dévoile, petit à petit, explicitant ses fonctions, affirmant ses responsabilités et clame sa culpabilité. Le narrateur du roman dévoile ses intentions également, aux dernières pages du livre. Et si tout cela n'était que pure invention ? Si tout cela, au final, n'était qu'une histoire...

Sacré travail de manipulation, à tel point qu'on se demande qui manipule qui...

Note: 8,5/10

Les commentaires sont fermés.