Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 octobre 2007

Christian Bobin, la lumière

e6deff79b4b2d902ff95fb9f3e1ac724.jpg

" Dès les premiers jours, nous savons tout ce qui est à savoir : l'éternité, c'est une odeur, une voix, quichante et s'adoucit jusqu'à ne plus rien dire. La mort, c'est un parfum, le bruit d'une porte qui claque, un verre qui se brise. L'enfant qui vient de naître dépend de ce qui s'approche, dépend de ce qui s'éloigne, dépend de tout, car tout arrive : une mouche, un ange, un effroi. Mais avant toutes ces choses, première venue, il y a la mère, celle qui gouverne la parole, c'est-à-dire le silence. Sa voix est la voix des rivières, toujours égale, toujours chatante, nuit comme jour. L'eau du langage ruisselle sur les chairs du nouveau-né. La poussière d'astres morts depuis des siècles effleure ses joues. Un silence caresse ses ongles. Emmaillotté dans un prénom, il s'endort aurpès des anges et de leurs conseillers. Son corps baigne dans l'infini d'une présence sans dommages. Son âme - close et tendre - est pliée dans le pauvre linge d'une chanson : il y a longtemps que je t'aime, jamais je ne t'oublierai. "

Commentaires

Chouette ! Une semaine avec Christian Bobin !!

Écrit par : mathilde | samedi, 20 octobre 2007

Je savais que ça te plairait !

Écrit par : absolu | samedi, 20 octobre 2007

Est-ce une nouvelle version de L'enchantement simple ? J'ai cherché ce passage dans l'ancienne version et n'ai rien trouvé... merci de m'éclairer !

Écrit par : s | jeudi, 19 mars 2009

L'extrait cité est tiré du deuxième texte de Le huitième jour de la semaine, qui succède à l'Enchantement simple. Ce recueil comporte également Le colporteur, et L'éloignement du monde.

Et ce n'est pas moi qui éclaire, c'est Bobin :)

Écrit par : absolu | dimanche, 22 mars 2009

:)

Merci beaucoup !

Écrit par : s | mardi, 24 mars 2009

Puis-je vous demander de m'éclairer une dernière fois ? Je cherche désespérement ledit ouvrage dans les librairies montréalaises ainsi que dans les bibliothèques universitaires, en vain. Je trouve en effet la première édition de "L'enchantement simple", mais pas la présente édition augmentée des "autres textes". J'aurais besoin du numéro de la page dans laquelle apparaît la fameuse citation - si cela ne vous cause pas trop de peine de me la fournir, bien entendu. Merci mille fois !

Écrit par : s | mardi, 31 mars 2009

Bonjour,

Et excusez-moi pour le temps de réponse..
C'est à la page 77, c'est un ouvrage paru chez Gallimard pourtant, vous devriez pouvoir encore le trouver.
En espérant avoir pu vous aider, ne serait-ce qu'un peu,

Bonne journée.

Écrit par : absolu | mercredi, 08 avril 2009

Les commentaires sont fermés.