Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 octobre 2007

Le ministère de la Culture demande conseil à Google

Christine Albanel a rencontré le patron de Google France pour lui demander suggestions et recommandations sur les moyens d’améliorer la visibilité du patrimoine culturel français sur Internet.

Christine Albanel, ministre de la Culture, veut « accélérer le calendrier de la constitution du “Patrimoine numérique français” ». Pour ce faire, elle a demandé à Mats Carduner, président de Google France, « de formuler prochainement ses suggestions voir ses recommandations à l’attention du ministère de la Culture et de la Communication pour augmenter la visibilité du patrimoine culturel français sur l’Internet ».
Depuis le 1er août, quelque 1,5 million de documents numérisés sont consultables sur le portail « Collections » du site du ministère. « La constitution de ce patrimoine numérique est l’un des enjeux majeurs de la politique culturelle des prochaines années », insiste le ministère dans un communiqué publié le 3 octobre, qui précise aussi : « la ministre a rappelé à Mats Carduner l’attachement du gouvernement français au respect du droit d’auteur sur les réseaux de l’information. Le président de Google France lui a présenté les outils développés sur la plateforme de partage de vidéos Youtube pour détecter les contenus illicites et permettre aux ayants droit de protéger leurs œuvres ».
Le précédent gouvernement manifestait une défiance certaine à l’encontre du moteur de recherche américain, soupçonné de véhiculer une culture uniformisée et sans repère, notamment via son projet « Recherche de livre ». Il avait vivement soutenu l’ancien président de la BNF, Jean-Noël Jeanneney, dans son projet de bibliothèque numérique qui avait pris des allures de croisade contre Google. La numérisation massive de livres sous droits, effectuée aux Etats-Unis par le moteur de recherche, fait aussi l’objet d’une assignation en justice par le groupe La Martinière, auquel se sont joints le Syndicat national de l’édition et la Société des gens de lettres.

capté

Les commentaires sont fermés.