Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 31 octobre 2007

Sur la route

2672b4891d3deac60669d28c89a37751.jpg

 

Il y a des livres mythiques le  "Sur la route" de Jack Kerouac en fait partie parcequ'il est intemporel. Ce livre est une ôde à la liberté, à  l'échappée belle, à l'épuisement de sa jeunesse toutes les nuits sur des airs de musiques qui vous font oublier un futur décidé par les adultes, par une société endormie et sécuritaire. Les filles à prendre, l'ivresse à aller chercher, et le rythme à suivre toujours et encore, enfiévrés et saouls de tous ses sens, Kérouac et ses potes l'ont fait: Vivre à cent à l'heure dans une Amérique d'après guerre triste et à réinventer. La BO de ce livre c'est le jazz, des  airs vifs et entêtants jusqu'à la transe le "hole" magique et libérateur que seule la jeunesse peut atteindre.

Jeune! si la morosité t'atteind! tente  toi aussi  le grand voyage pars sur les routes! Choisis le mouvement, et n'oublie pas  ce  guide "Sur la route" de Kérouac!

Extraits: 1) Un gars de l'Ouest, de la race solaire, tel était Dean. Ma tante avait beau me mettre en garde contre les histoires que j'aurais avec lui, j'allais entendre l'appel d'une vie neuve, voir un horizon neuf, me fier à tout ça en pleine jeunesse; et si je devais avoir quelques ennuis, si même Dean devait ne plus vouloir de moi pour copain et me laisser tomber, comme il le ferait plus tard, crevant de faim sur un trottoir ou sur un lit d'hôpital, qu'est-ce que cela pouvait me foutre?...

Quelque part sur le chemin je savais qu'il y aurait des filles, des visions, tout, quoi; quelque part sur le chemin on me tendrait la perle rare.

2) Tout à coup je me trouvai à Times Square. J'avais parcouru huit mille milles à travers le continent américain et j'étais de retour à Times Square; et même en plein dans une heure de pointe, contemplant avec mes yeux naïfs de routier la démence absolue et la fantastique fanfaronnade de New York avec ses millions et ses millions de types se chamaillant pour un dollar, le cauchemar démentiel: empoigner, prendre, céder, soupirer, mourir, tout cela pour finir dans les ignobles cités funéraires qui se trouvent derrière Long Island City. Les hautes tours de ce continent, de l'autre bout du continent, l'endroit où l'Amérique de la paperasse est née.

49d2f5141cba7b0e4f294b4a5b7f7717.jpg Ce livre est paru en 1957, il a 50 ans Joyeux anniversaire!! il a été écrit par  un grand poête voyageur:  Jack Kérouac .

"Les seuls gens qui existent sont ceux qui ont la démence de vivre, de discourir, d'être sauvés, qui veulent jouir de tout dans un seul instant, ceux qui ne savent pas bailler."

Jack Kérouac (12 mars 1922- 21 octobre 1969)

Les commentaires sont fermés.