Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 décembre 2007

Miossec et Raymond Carver

5788877d08e31ba65826b34fc7d8921c.jpgDans la salle d'attente de mon médecin attitré alors qu'entre deux quintes de toux, et quelques regards posés sur les belles jambes d'une représentante médicale je lisais le figaro magazine, je tombe par hasard entre deux pubs pour Sarko et Channel sur une interview littéraire d'un de mes artistes préférés: l'excellent chanteur à texte  Brestois :Christophe Miossec.

Alors qu'il ne me reste que quelques minutes avant l'obscultation de ma gorge de fumeur de petit trentenaire, je savoure les commentaires littéraires de Miossec  qui a détesté le dernier Eric Reinhard (comme moi) et c'est précipité pour acheter le livre de Yasmina Résa (comme moi), lui  pour voir dans quelles conditions le fameux "les bretons sont des cons" avait été formulé. Puis on en vient à ses auteurs favoris: Bukowski, dont il a lu les livres très tôt, en pleine  adolescence (comme moi) et conseille à tous le monde de lire tous les livres sans exception de Raymond Carver.

   Là, je deviens alors comme obsédé pour  le reste de la  journée  par l'idée de me procurer les livres de Raymond Carver que je ne connaîs pas. En faisant: "aaah" à mon toubib je pense:" Si Miossec le dit: cet écrivain est génial!", puis à ma pharmacienne en allant chercher mon sirop annuel contre la toux:"Vous avez déjà lu du Raymond Carver?".

Fièvreux, je fonce  à la bibliothèque municipale de ma p'tite ville oubliant au passage mes bronches encombrées et mon mal de rouge gorge. Après une journée de boulot passée à ne penser qu'à la délectation que j'aurai de lire les livres de Raymond conseillés par Christophe, j'ouvre enfin "les trois roses jaunes" de l'auteur américain,  une cigarette au bec et vautré dans mon canapé...

2c24383c6500cd905a4c9244875416de.jpg Et là je suis une nouvelle fois en  accord avec Miossec, Raymond Carver écrit bien.

Ce recueil de nouvelles "les trois roses jaunes", est un petit chef d'oeuvre. Ces nouvelles font le récit des épreuves de notre quotidien contemporain, celui de nos incertitudes, de nos petites blessures, de la relation conjugale, de la routine du quotidien, des voisins...

Avec une écriture épurée qui  confine au minimalisme Raymond Carver capte les petits instants tragiques, les préoccupations futiles qui font une vie. Un couple de fumeurs pris d'insomnie s'interrogent sur leur mort "les débranchés", un homme d'une trentaine d'année dit au revoir à sa mère qui part pour une ville lointaine des Etats Unis peut être pour la dernière fois..."cartons". Un homme couche avec sa voisine, ils s'aiment: comment annoncera t'il ça à sa  femme? " "Menudo".

Toutes ces nouvelles sont des bijoux intimistes qui saisissent par leurs simplicités et qui touchent au coeur car Raymond Carver parle de nos tracasseries du quotidien, de nos interrogations, de nos maigres consolations... 

Quant aux fans de Miossec ils reconnaîtront dans la nouvelle "l'intimité" le refrain  de la chanson "A table" une des chansons de l'album "Prendre" qui est aussi un petit  chef d'oeuvre qui relate de la vie conjugale.

"Elle trouve ça drôle alors elle rit. Je ris aussi, mais moi c'est les nerfs".

                 29b0e88eb3b4cb70fb4cdf1bbc392eaa.jpg                                                                   

                                                                                

 

                                                                            

Raymond Carver (1938-1988)

 

 

 

Les commentaires sont fermés.