Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 08 février 2008

Idées reçues sur le manga

Importées du Japon, ces bandes dessinées ont envahi le marché hexagonal. Mais il reste à chasser certaines idées reçues.

1 - Tous les mangas sont violents.
> Non.

Le terme japonais manga - littéralement: «images illusoires» - définit la bande dessinée en général et non un genre en particulier. Le dessinateur, lui, est un mangaka. Il travaille en équipe sur des séries prépubliées en feuilleton dans des magazines dont le tirage global atteindrait 1,5 milliard d'exemplaires par an. Les mangas touchent tous les âges, toutes les catégories socioprofessionnelles, et traitent des thèmes les plus larges: arts martiaux, religion, football, ping-pong, érotisme, rock, courses de chevaux, cuisine... L'amalgame «manga égale violence» date de la diffusion de Goldorak, Dragon Ball et autres japanisations(dessins animés) dans Récré A2 puis dans le Club Dorothée, à partir de la fin des années 1970. «Les mangas qui s'adressent spécifiquement aux adolescents, comme Dragon Ball ou Naruto, sont souvent les plus agressifs, précise Julien Bastide, coordinateur de l'exposition Manga Building et auteur d'un Guide des mangas. Ils fonctionnent comme des récits initiatiques classiques. Les personnages ont des super-pouvoirs et traversent des épreuves.»

La suite ici

Les commentaires sont fermés.