Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 08 mars 2008

Hard

Les ravages de "hard"

"Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal", ou, si vous préférez, une harde de sangliers hors de ses bauges, l'adjectif hard se jette sur le vocabulaire et va, je le crains fort, faire un affreux dégâts de mots. Il s'était tenu quelque temps dans le charnier et dans les bauges du "cinéma hard", du "film hard", où on pouvait le trouver... innocent, décent, syllabes extravagantes pour qualifier des choses elles-mêmes ébouriffantes.
Mais voici que ce "hard" est sorti de son lit. Il serépand et déracine des dizaines d'adjectifs français. Quelle fureur, quelle dévastation, mais ausis quel repos pour les méninges ! Dès que l'idée de dureté, sous quelque forme que ce soit, avec quelque valeur que ce soit, se rencontrera quelque part, prenez un "hard" pour la traduire.
C'est ainsi que "hard" est partout, bon à tout, dit à tout propos, mis à toutes les sauces. Epithète "hard", apostrophe "hard", discours "hard", démarche "hard", style "hard", interprétation "hard", sonate... plus "hard" qu'une autre... Sous ce déferlement terrible, ce déferlement "hard", repose un cimetière d'adjectifs, "raide", "roide", , "rude", "âpre", "violent", "rigoureux" "vigoureux" et "fort", tout simplement.

Dans le massacre comptez encore "rêche", "rigide", "âcre, "raboteux", "rugueux", "brutal", "vif". Ajoutez au tableau des dégâts "revêche", "ingrat", "rébarbatif".
Continuez encor cinq minutes. Vous tomberez sur cent autres mots, emportés par ce flot funeste. Vous trouverez, par exemple, "cuisant". "Il va t'en cuire" se dit maintenant "Tu connaîtras les impacts hard de la conduiet qui est la tienne".

Extrait de C'est la cata! Pierre Bénard

Les commentaires sont fermés.