Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 04 avril 2008

Ni bruit d'aile, ni sons d'eau vive, ni murmures...

Ni bruit d'aile, ni sons d'eau vive, ni murmures ;

Ô Lune, coule dans mes veines

Celles qui saignent longuement

Les miroirs de maintenant sont encombrés de souvenirs plus vrais que nature.

 

(Leconte de Lisle, Jules Laforgue, Armen Lubin, Gérard Macé)

Les commentaires sont fermés.