Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 17 avril 2008

Chérie, remets ton diaphragme, ce soir j'te sors ma diatribe (âmes sensibles, s'abstenir)

Ikébana n°2, toujours sur une idée de Mr Brown..

Ah faut dire qu'il y a longtemps qu'elle n'a pas été autant en verge, enfin, en verve, ma p'tite diatribe paresseuse. le jour de ta diduction a sonné ma douce, mais tu ne mords pas hein ! La dichotomie a assez duré, on va fusionner comme jamais, c'est moi qui t'le dis ! J'ai le diascope en alerte, la diaule qui chante ! Les Grecs n'ont qu'à bien se tenir.
Par contre sache une chose, on va pas faire dans le diatonique, c'est droit au but ! Cherche pas ton didacticiel, le ciel, c'est tout droit ! Genre Marquis de Sade sans les didascalies. On va s'refaire la diastole de ton cul, la diathermie d'mon thermomètre à moustaches. J'ai toujours pensé qu'on était faits pour s'emboîter, tous les deux, je suis ta diaphyse gorgée de sang, tu es ma diatomée intérieure, tes branches enveloppent avec avidité la diaspora de mon plaisir. Diastase de mon désir, j'vais t'enseigner la didactique de mon tromblon, j'vais t'refaire le coup du dictionnaire, j'te donne un mot, tu trouves ma définition... Et pas d'entourloupe, du genre "j'ai la migraine", ou " j'peux pas j'ai diahrrée".
Viens donc que je te sers contre ma diaprure, ma déesse bien fessue, viens, que je t'affine le grain de peau de ma belle diatomite, un tango diabolique sur un rythme diastolique..
Quelle chance cette diarthrose, quelle souplesse, ma tigresse, ces reins diathermanes échauffent plus d'un érotomane averti ! c'est le dicton qui veut ça : "diathermanéité du matin, j'en perds mon frein"! Quoi, il existe pas ce dicton ? Et alors, tu t'y connais, toi, peut-être, tu n'as jamais été capable de faire la différence entre un dico qui t'les donne et un arbre ! Un dicotylédone ? C'est cela oui.. Si tu veux.. Commence pas à faire ton dictateur de la diction hein, c'est pas le moment. Occupe-toi plutôt d'mon gros dico, madame la savante didactyle. Dactylo ? Aussi, oui. Occupe t'en donc, de ma sténo, ma reine de la dictée.
Moi, mon père m'a dit, quand j'étais môme, que, dans la vie, ce qui compte, c'est d'être dibasique. Alors j'm'occupe de ma paire. Et d'mes pairs, s'ils sont aussi charmants que toi... ça t'en bouche un coin, pas vrai, mieux qu'avec ma fusée "dit-atomique". D'ailleurs, j't'ai pas demandé d't'en occuper y a quelques instants ? Viens donc murmurer des cochonneries à l'oreille de mon dictaphone, Après j'te remplirai ta grille de mots croisés, j'ai d'la longueur. J'f'rai même les cases noires, si ça t'intéresse, ma coquine.. Tu as toujours de ton dictame ? ça passera mieux je pense.. Dictame, dicte-âme.. amusant non ?
Eh, regarde, ça marche ! J'suis diapré de partout, on dirait un zèbre, rouge et blanc. Un troupeau de zèbres très "zob et hissants'. Ah ah ! Tu m'inspires qutant que tu m'aspires, ma goulue, quel talent ! Quand tu m'prends tout entier, là, comme ça, j'retourne en arrière, j'retombe dans mes souvenirs, comme une séance diapositives. Quand la brise d'été soulevait délicieusement ta robe, les dimanches à la campagne, et que tu m'attirais derrière un buisson pour me montrer ta rose dichroïque. Et moi, pressé de la butiner, je te donnais mon dard "dick-aromatique", il gardait le goût de toi, à chaque fois un peu plus, jusqu'à ce que je t'aie dans la peau, jusqu'aux os....
Bah ! Pourquoi tu t'arrêtes, pourquoi tu me regardes comme ça ? C'est la premire fois que je te parle ainsi ? Ah... t'es sûre que tu s'rais pas diasthésique des fois ? Amnésique, oui, voilà.. c'est pareil. T'es mon encyclopédie des synonymes, la reine de mon cygne, ma dicline en toute saisons, une déclinaison diaphragmatique, à l'ouverture psychédélique....
Aaaaaaah, je divague......

Commentaires

Quelle imagination... ! Du AuDIArd, qu'on dirait !

Écrit par : mathilde | vendredi, 18 avril 2008

Les commentaires sont fermés.