Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 02 septembre 2008

Au bord du quai

Et qu'importe d'où sont venus ceux qui s'en vont,
S'ils entendent toujours un cri profond
Au carrefour des doutes !
Mon corps est lourd, mon corps est las,
Je veux rester, je ne peux pas ;
L'âpre univers est un tissu de routes
Tramé de vent et de lumière ;
Mieux vaut partir, sans aboutir,
Que de s'asseoir, même vainqueur, le soir,
Devant son oeuvre coutumière,
Avec, en son coeur morne, une vie
Qui cesse de bondir au-delà de la vie.

Emile Verhaeren, extrait de Les visages de la vie

Commentaires

C'est beau...
Pis tiens, j'avais envie de te renvoyer celui-là (çuilà, même) : http://blog.promenonsnous.fr/post/2007/10/23/Le-complot-Andree-Chedid
biz

Écrit par : mathilde | mercredi, 03 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.