Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 30 mars 2010

La bouffe est chouette à Fatchakulla

la bouffe est chouette.jpg

Quoi de mieux pour commencer la journée qu'une tête laissée là, comme ça, au bord de la rivière ? A part, évidemment, les ronflements d'une beauté fatale perdue dans les vapeurs de l'alcool et quelques dizaines de kilos supplémentaires, à part ce foutu cleb's insupportable, le café infect de la veille, et, cet abruti d'adjoint qui le tire de son sommeil pour lui annoncer la nouvelle ? Ma foi, pas grand chose.


Faut dire, à Fatchakulla, à part quelques rixes avinées, un chat "perdu" par-ci, par-là, y a pas grand chose qui occupe les journées du shériff Arlie Beemis. Et là, d'un seul coup, son canton prenait des airs de Bronx. Ca mérite bien une bière ça, le temps de retrouver ses esprits.

Ok, Oren Purvis était un sale enfoiré qui passait son temps à tuer des chats, effrayer les gamins, à faire les pires vacheries possibles et imaginables. Mais de là à en perdre littéralement la tête (ainsi qu'un bras, et une jambe),  y a une marge. Et comme presque tout le monde avait au moins une fois souhaité sa mort, l'enquête s'annonçait ardue. Enfin. Enquête. Plutôt houblonnesque l'enquête, si vous me permettez ce néologisme. Il voulait pas laisser cette affaire aux mains des fédéraux. Il ne lui restait plus qu'à faire appel à l'ami de Doc Bobo, le médecin-légiste qui avait l'air de tout sauf d'un légiste : Linwood. Linwood était admiré pour sa capacité à élucider pas mal de mystères et pour ses chats chasseurs de castors. Ah oui, car j'ai oublié de vous dire, à Fatchakulla, à part les Purvis, on adorait les chats. Il y en avait même de sacrées espèces. Fat'Cha(t)kulla, pourrait-on s'amuser à écrire.

Et donc voilà le trio Beemis, Doc Bobo et Linwood sur l'affaire. La belle équipe. Atypique, c'est le moins qu'on puisse dire. A eux trois, ils allaient devoir faire taire les rumeurs concernant Willie le Siffleur, légende marécageuse qui s'en prenait à ceux qui s'aventuraient un peu trop loin des sentiers battus. Un peu comme Flozetta, le cul le plus disponible du coin, dont on retrouverait un morceau, quelques jours plus tard. Là ça leur en a vraiment foutu un coup. Ils avaient bien quelques suspects, qui sortaient du lot, mais au final en avaient autant que de bières dans la glacière. Quel monstre, à part Willie le Siffleur, était capable de telles horreurs? Le plus jeune des Purvis, débile profond qui venait de retrouver un usage normal de la parole? Pouncey, le type le plus costaud et agressif de Fatchakulla? Eubanks? L'Indien chihuahuavore ? Non, ça n'allait pas être simple. Mais ça n's'rait pas drôle sinon.

Aussi déjanté que Cul-de-sac (Douglas Kennedy) et Survivant (Chuck Palahniuk), avec un p'tit côté Kentucky Straight (Chris Offutt), et sanglant comme une arrière-salle de boucherie, ce p'tit thriller vous f'ra rire jaune comme les dents des chiens de Ju-Jube, sursauter comme une porte qui claque en pleine nuit. Mais surtout, après l'avoir refermé, vous regarderez autrement votre chat. Et vous vous surprendrez même à compter le nombre de coussinets à chaque patte. Si si, j'vous assure.

Note : 07/10

Les commentaires sont fermés.