Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 06 avril 2010

Cercueils sur mesure

cercueils.jpg
"Musique pour caméléon, dont est tiré Cercueils sur mesure, aboutissement d'une technique littéraire longuement mûrie, rassemble des textes d'inspiration et de styles on ne peut plus divers. Cercueils sur mesure, enquête sur une série de meurtres mystérieux, se place dans la ligne droite de De sang-froid."
Et c'est tout à fait ça. Admettons que les faits soient réels. Ou fictifs. Le constat est le même. On ne sait pas quoi admettre.


On ne sait pas, on ne sait rien. Capote, de bout en bout, écrit sur un fil tendu loin au-dessus du monde dans lequel il nous fait évoluer. Ne perd jamais l'équilibre, même si parfois il peut vaciller légèrement, vers la fiction, ou la réalité. Mais non. Il fait juste semblant, alimentant ainsi le suspense, rendant l'intrigue encore plus insupportable. On a tantôt terriblement envie de croire Jake, qui enquête sur cette série de meurtres pour le moins stupéfiants d'ingéniosité, tantôt envie de l'envoyer promener, avec ses indices qui s'envolent à chaque page tournée. Et ce Bob Quinn, le principal suspect, qui nous apparaît on ne peut plus sympathique, quoiqu'excessif, parfois. Et la rivière bleue, qui traverse son ranch, la "source" présumée des crimes perpétrés, cette rivière dont on ne voit jamais vraiment la couleur. Sauf à la fin, peut-être. Tout est dans le contradictoire, l'alternance des points de vue, des dialogues, épistolaires, ou instantanés. Rien n'est jamais certain, rien n'est jamais complètement douteux. Une seule chose est sûre. Une seule chose est attestée. La série de meurtres.
Capote maîtrise son histoire, l'histoire, auteur et personnage, encore une fois. Il sait très bien où il va, où il veut nous emmener. Mais il ne nous le dira jamais.
Débrouillez-vous avec ça.
Note : 9/10

Les commentaires sont fermés.