Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 25 juillet 2010

La malédiction du gitan

51IG86FFHpL__SL500_AA300_.jpg

Marvin Molar, il a rien pour plaire, mais comme il dit, y a pire. Nain, sourd-muet, avec des jambes si courtes qu'il se les ligote au croupion comme un poulet, il est pas du genre à se plaindre. Cinquante centimètres de tour de bras, et une déesse aux jambes interminablement fuselées. C'est vrai que là, d'un coup, ça redore un peu le blason. Tout est donc pour le moins pire, mise à part une certaine malédiction.


C'est Al, qui s'est occupé de lui, depuis qu'il a été abandonné par ses parents. C'est pas qu'il leur en veut, c'est pas simple à gérer, à peine une moitié d'homme né muet, à la tête aussi grosse que le tronc. C'était même peut-être mieux comme ça, à vivre avec d'autres accidentés d'la vie. Pete, un vieux Noir qui vit dans un autre monde, Leroy, qu'a reçu un coup de trop sur la caboche et qui revit sans cesse son seul et unique combat. Al lui, y a juste une voiture qui lui a roulé sur la tête, et "Al il aime pas qu'on donne pas le meilleur de soi". Al il dit jamais je, il regarde pas dans les yeux. C'est lui qui tient le Fireman's Gym, une salle où se retrouve tous les fêlés de la fonte. C'est lui qui veille plus ou moins sur la troupe. Cabossée, atypique, chaotique, mais une famille. Et Marvin, il évolue parmi ces doux dingues, sur les mains, il lit, il s'entraîne dur aussi. C'est pas parce que le public attend juste de lui d'être un nain qui se donne en spectacle que ça doit pas être bien fait.
Et puis y a Hester, qu'a tout là où il faut, et même plus encore, et qui s'est mise à la colle avec Marvin. Qui signe autant avec ses mains qu'avec ses jambes. Qui pourrait mettre son nom sur des tas de testaments bien remplis, mais qu'a choisi Marvin. Ses parents à elle sont sourds, aussi. Mais pas elle. Non.
Y a juste Aristote Parsus, un Grec pêcheur d'éponges, qui lui tourne autour, sur le rafiot duquel elle est prête à aller vivre, si Marvin la veut pas au Gym. Elle comprend pas Hester. C'est un monde testostéroné, huilé, où on s'défonce à la fonte. Et Marvin, y sait qu'si y la ramène pas, il devra de nouveau se contenter de phénomènes de foire, d'absentes le jour d'la distribution. Alors y va la ramener. On laisse pas partir une déesse avec un enfoiré de volleyeur pêcheur d'éponges. Même si elle revient. Mais quand on a une malédiction sur le coin d'la gueule, on l'a pas ailleurs. Et le ciboulot le plus dégénéré n'est pas forcément çui qu'on croit.
La normalité devient handicap, les défaillances deviennent mode de vie, une violence silencieuse, au bout des doigts, qui gronde, vibre au rythme des haltères qui retombent sur le plancher. Voilà, en fait, c'est ça. Il entend pas, Marvin, il perçoit les vibrations. Les bonnes, les mauvaises. Toutes les vibrations.

Note : 8/10

Les commentaires sont fermés.