Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 février 2013

Rimbaud voyageait dans un wagon rose (Rimbaud - 3ème jour)

littérature,poésie,rimbaud,livre,gare,rêvé pour l'hiver- Ah mais c'est un scandale !
- Quoi, 45mn de retard ! Mais...
- Vous avez de la chance vous, au moins vous avez une information !
- C'est la loi des séries ! Depuis 6h30 j'suis dans les transports, debout, collée à une vitre ou à un pervers...
- Vous allez voir ils vont rien rembourser, comme d'habitude ! Ah tiens, un contrôleur.. Monsieur ! Monsieur !..
- Mamannnnn ! J'ai faimmmmm !
- … c'est toi qui devais les prendre les billets !
- Non, pour aller à Bruxelles vous n'avez pas besoin de passer par...
- .. mais quand j'ai pris mon billet le départ était en zone bleue !
- Mamannnnnnnnnnnnn ! J'ai soiiiiiiiiiiiiiif !
….


 

Les plaintes des passagers lui tournent autour sans la toucher, frôlent son oreille et s'en vont se mêler au brouhaha environnant, se glisser entre les bagages à roulettes, sur les rails, parmi les annonces haut-parlées, les talons qui claquent les freins qui crissent les horaires qui défilent les attentes qui s'empilent les talons qui trépignent les marmots qui braillent les patients qui graillent les résignés qui somnolent les promesses qui s'envolent les pages des journaux qu'on froisse le contrôleur qui passe la fumée d'un café les miettes du déjeuner, les courses folles les courants d'air les doigts gelés les mouchoirs enrhumés les faux départs..

 

Elle s'en fout, elle voyage déjà, au creux d'ses bras, elle s'émerveille, du voyage chuchoté à l'oreille :

L'hiver, nous irons dans un petit wagon rose
Avec des coussins bleus.
Nous serons bien. Un nid de baisers fous repose
Dans chaque coin moelleux.

Tu fermeras l'oeil, pour ne point voir, par la glace,
Grimacer les ombres des soirs,
Ces monstruosités hargneuses, populace
De démons noirs et de loups noirs.

Puis tu te sentiras la joue égratignée...
Un petit baiser, comme une folle araignée,
Te courra par le cou...

Et tu me diras : " Cherche ! " en inclinant la tête,
- Et nous prendrons du temps à trouver cette bête
- Qui voyage beaucoup...*

 

(* : Rêvé pour l'hiver)

Les commentaires sont fermés.