Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 mars 2013

"- Oh, regarde, il respire encore !" - le morbide, c'est sacré ! (Musset - 1er jour)

musset.jpg« - Quel homme ! Quelle conviction ! A vous convertir un athée!
- Vous aussi, Henri-Paul, il vous a subjugué ! Quelle homélie c'était !
- Vous avez eu raison d'insister, Marie-Bernadette, qui sait, dimanche, il eût été trop tard !
- Nous avons frôlé le pire, Henri-Paul, il n'est qu'à regarder autour..
- Tout à fait ! Violence, débauche, luxure, perversion placardées aux murs !
- C'est la faute aux médias, qui savent faire d'une misère des choux gras !
- L'on vend du malheur et du sang, surtout s'ils sont ceux d'indigents !
- Cour des Miracles à toute heure sous le feu des projecteurs..
- Oui.. Il me semble que l'abbé l'a ainsi formulé :


 

Allez sur une place, étalez sur la terre
Un corps plus mutilé que celui d'un martyr,
Informe, dégoûtant, traîné sur une claie,
Et soulevant déjà l'âme prête à partir ;
La foule vous suivra. Quand la douleur est vraie,
Elle l'aime. Vos maux, dont on vous saura gré,
Feront horreur à tous, à quelques-uns pitié.
Mais changez de façon : découvrez-leur une âme
Par le chagrin brisée, une douleur sans fard,
Et dans un jeune coeur des regrets de vieillard ;
Dites-leur que sans mère, et sans soeur, et sans femme,
Sans savoir où verser, avant que de mourir,
Les pleurs que votre sein peut encor contenir,
Jusqu'au soleil couchant vous n'irez point peut-être...
Qui trouvera le temps d'écouter vos malheurs ?
On croit au sang qui coule, et l'on doute des pleurs.
Votre ami passera, mais sans vous reconnaître.*

 

- Quelle mémoire, Henri-Paul, des mots, des nuances !
- Oh, chère Marie-Bernadette, ce n'est que du discours la résonance..
- Ah, quel époux délicieux j'ai là, mod... Mais ! où courent tous ces gens ?
- Regardez là-bas, un attroupement ! Peut-être quelqu'un à terre ?
- Ambulances, pompiers, voitures de police, ça doit être sérieux..
- Il y a sûrement des morts.. on dirait que c'est... »

 

La suite de leurs propos se perdirent dans la foule qu'ils fendirent afin d'avoir droit comme tout le monde à leur ration d'immonde.

 

(* : extrait de Les voeux stériles)

 

Les commentaires sont fermés.