Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 mars 2013

Le chevalier des champs (presque) modernes est arrivé (Lamartine -1er jour)

farmer.jpg- Alors, qu'est-ce t'en penses ?
- Pas mal, pas mal..
- Quoi ? C'est tout ? Pas mal ? Tu l'as bien regardé ?
- Le grand blond aux yeux bleus, celui qu'habite en Poitou-Charentes  ?
- Bah oui !
- C'est bien c'que j'dis, l'est pas mal.. mais c'est pas mon type, tu l'sais..
- Ah oui, j'oubliais, Mâdââme a un type, Mâdââme a meilleur goût qu'tout l'monde !
- Rooo, j'ai jamais dit ça, j'te dis juste que c'est pas mon style c'est tout..
- Ouais, ouais, c'est ça.. Et c'est quoi ton « style » ?


- J'ai pas de style particulier.. Mais si j'devais en choisir un.
- Ca s'rait l'quel ?
- Le p'tit brun, là, costaud, avec des éclats dorés dans ses yeux verts comme les prés..
- J'vois pas bien..
- Mais si, le mec super viril, macho juste ce qu'il faut, qui pratique à l'ancienne, parce qu'il veut perpétuer la tradition..
- Ah ouiiii ! Celui qui veut transmettre les vraies valeurs à ses enfants, le travail, la loyauté, le respect !
- Voilà !
- Ouais, c'est vrai, il est pas mal.. mais il fait un peu peur non ?
- Non, j'trouve pas..
- T'as dû louper une émission alors.. Tiens, regarde un peu le « replay » :

Voix off :
« La terre, qui se fend sous le soc qu'elle aiguise,
En tronçons palpitants s'amoncelle et se brise,
Et, tout en s'entr'ouvrant, fume comme une chair
Qui se fend et palpite et fume sous le fer.
En deux monceaux poudreux les ailes la renversent ;
Ses racines à nu, ses herbes se dispersent ;
Ses reptiles, ses vers, par le soc déterrés,
Se tordent sur son sein en tronçons torturés.
L'homme les foule aux pieds, et, secouant le manche,
Enfonce plus avant le glaive qui les tranche.. »*

- Bah quoi...tu trouves pas qu'on dirait un chevalier des champs modernes ?

(* : Les laboureurs)

Les commentaires sont fermés.