Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 02 avril 2013

Boire des romans délavés ou noyer sa laideur (Sully Prudhomme - 1er jour)

8443111-porc-super-heroine.jpg(mais ça c'était avant)

Iris ne savait pas vraiment pour qui elle était. La blonde, la brune, elle trouvait à chacune des avantages, des inconvénients (on dit aussi qualités, défauts). En fait, pour être honnête elle n'en aimait aucune. Elle les détestait même. Ces filles à moitié nues, exhibant grossièrement leurs corps loin d'être grossier, qui se donnent ainsi en spectacle.


« Attention Mesdames et Messieurs, le combat de bouse entre WonderBotox et Supergirl va commencer ! Notre cow cow girl va sonner le premier round ! »

Elle était contre l'une et l'autre, elle n'était pour aucune, elle se plaisait juste à les voir se rouler dans le purin, à les voir se salir d'injures siliconées, à se planter des bistouris dans le dos, à colporter les pires ragots. Elle se plaisait à pouvoir en penser tout le mal qu'elle voulait, à pouvoir s'affaler dans le canapé en tant que spectatrice critique et avertie (« consternant ce concept n'est-ce pas ? »), observer des filles artificielles se battre pour un agriculteur bio qu'elles sont d'accord pour trouver beau mais idiot. Et regardez-le, lui, béat, qui y croit, qui a du mal à faire son choix, un œil posé sur chacune. Iris ne pourrait supporter d'être humiliée de la sorte, même si elle était cher payée ! Iris avait un honneur, une fierté ! « Quiconque en doute, de m'approcher se garde ! »

Mais en réalité ( triste, sans doute..?) :

L'amour ne luit jamais dans l’œil qui la regarde ;
Elle pourrait quitter sa mère sans périls.
La laide ! On ne la voit jamais que par mégarde ;
Même contre un désir sa disgrâce la garde,
Pourquoi les jeunes gens l'accompagneraient-ils ?

Les jeunes gens sont fats, libertins et féroces.
La laide ! Pourquoi faire et qu'en ont-ils besoin ?
Ils la criblent entre eux de quolibets atroces,
Et c'est un collégien que, dans les bals de noces,
On charge de tirer cette enfant de son coin.

Pauvre fille ! Elle apprend que jeune elle est sans âge ;
Sœur des belles et née avec les mêmes vœux,
Elle a pour ennemi de son cœur son visage,
Et, tout au plus, parmi les compliments d'usage,
Un bon vieillard lui dit qu'elle a de beaux cheveux.*

Et tandis que Laure buvait des romans délavés à l'eau de source afin de réhydrater son cœur vidé par les larmes, Iris noyait sa laideur dans l'indifférence « géné-réalisée ».


(* : extrait de La laide)

Les commentaires sont fermés.