Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 08 avril 2013

Compter les cervelles d'agneau pour s'endormir ( Albert Samain - 1er jour)

littérature, livre, poésie, poème, samain, le boucher, agneau, boeufArdagôn le boucher, à la rouge encolure,
Un grand couteau luisant passé dans sa ceinture,
Pousse hors de l’étable et conduit au hangar
Le bœuf sur qui la vache attache un long regard.
Les enfants du village, et Psyllé la première,
Déjà chassés vingt fois par la rude fermière,
Reviennent plus nombreux et plus hardis encor
Que les mouches qu’attire un pot plein de miel d’or.


Une corde passée à l’anneau de la dalle
Incline par degrés la tête bestiale,
Et la brute immobile offre son large front
Comme une enclume où va frapper le forgeron.
Tout est prêt. Dans la cour descend un grand silence…
Le lourd marteau levé lentement se balance,
Plane, hésite, et soudain, d’un coup terrible et sourd,
Tombe… le crâne sonne… Un léger frisson court.
Le bœuf assommé croule : et dans sa gorge inerte
Le grand couteau plongé fait par l’entaille ouverte
Jaillir à flots pressés un sang noir et fumant.
Le sol autour s’empourpre. Ardagôn, par moment,
Enfonçant jusqu’au coude un bras qui sort tout rouge
Ranime un peu de vie aux flancs du bœuf qui bouge ;
Et les enfants penchés sentent, en frémissant,
Leur petit cœur cruel réjoui par le sang...(*)

- Ah non Gilbert ! J'étais d'accord pour que tu leur racontes une histoire de bœuf, mais pas celle de ton arrière-arrière-arrière grand-père !...Bon.. les enfants, vous savez que c'est pour de faux tout ça hein, papy il aime bien en rajouter un peu, mais c'est comme à la télé, c'est seulement pour faire peur....
- Oui oui, mamie, on sait...
- Allez maintenant on éteint la lumière, on pense à de jolies biquettes qui gambadent dans la prairie, ou aux moutons qui voudraient bien sauter par dessus la barrière.. Vous les comptez, et vous m'direz demain combien y en avait... bonne nuit mes chéris..
- Bonne nuit mamie.. bonne nuit papy...

***

- J'te préviens, si y font des cauch'mars c'est toi qui t'lèv'ras.. ! Ah lalala, et qu'est-ce qu'elle va nous dire leur mère.. tu sais, ta fille ! Ça va encore êt' tout un cinéma.. tu verras qu'elle finira par pu nous les am'ner les p'tits ! Ah, c'est pas facile tous les jours de s'app'ler Rochin !

- Eh bah elle nous l'f'ra son cinéma.. les p'tits y z'ont besoin d'savoir c'que c'est la vraie vie, d'où ça vient la viande qu'on leur sert, que les steaks hachés ça pousse pas dans les supermarchés ! Et t'inquiète pas pour eux, y z'en voient assez à la télé... Et pi si y font des cauchemars y s'en r'mettront ! On n'en meurt pas que j'sache ! C'est toi qu'en fais un drame !

***

- Trop cool l'histoire de papy hein ! Les zombies à côté c'est trop ridicule !
- Pourvu qu'il nous raconte celle avec les agneaux, demain soir...
- Ah ouais, j'adore, elle est trop gore !


(* : Le Boucher)

Les commentaires sont fermés.