Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 mai 2013

- Quand il me délace j'en perds ma "corde au cou" (P.-J. Toulet - 2ème jour)

littérature,livre,poésie,poème toulet,non ce taxi quelle charrette" - … un rustre un lourdaud un bœuf ses pas font résonner toute la maison magnitude 5 sur l'échelle alors je la prends cette échelle et je prends un taxi je lève le pouce, stop arrêtez-vous à la prochaine rue que je change d'habits que je mette cette pauvre vie entre parenthèse dans un sac plastique...


ne regardez pas ou alors faites un prix sur la course oh ne m'jugez pas ne m'faites pas ces yeux-là j'les connais est-ce que j'vous juge moi est-ce que j'vous d'mande si conduire klaxonner engueuler les piétons les femmes au volant ça vous plaît ? J'sais même pas pourquoi j'vous pose la question c'est évident ; vous écoutez du Johnny vous, vous supportez l'équipe locale et vous fumez des Gitane, tiercé gagnant ! j'suis sûre vous y jouez tous les dimanches au bistrot pour échapper à bobonne et rêver de pur-sangs à la crinière ensablée du désert évidemment c'est mieux que la sienne de crinière décolorée aux racines noires de légumineuse qui ne flotte plus depuis bien longtemps. Y a des femmes qui ne résistent pas au temps passé avec des hommes comme vous, et bien moi si ! J'ai décidé de résister de ne pas stagner dans cette médiocrité j'ai décidé d'aller de l'avant d'aller vers l'amant le mâle précieux aux yeux brillants d'impatience et non de pastis vous voyez ce corset oh oui je sais j'vous ai dit de pas regarder mais bon vous voyez ce corset le temps qu'il faut pour l'attacher c'est le cadeau que je lui offre quand il me délace j'en perds ma "corde au cou" ( c'est bon vous pouvez rouler) enfin je déglutis je respire je me laisse aller et la chambre devient un océan un parc d'attraction un grand champ de blé dans lequel on court jusqu'à perdre haleine la peau rosie on tombe sur la nappe à carreaux les draps du lit et on se nourrit à la source locavores du plaisir on s'aime on égrène on se récolte j'accroche une fleur à mon balcon pour qu'il me sérénade il fait des bouquets avec mes artifices il dit qu'j'sais y faire dans la dentelle que j'suis calée côté bag.. mais avancez bon sang on a que deux heures à 16h c'est la moisson la fermeture du parc la marée basse quoi !... j'peux pas la laisser ouverte trop longtemps la parenthèse sinon ça fait courant d'air... ah ! c'est ici enfin tenez merci !

" - Ah quel lourdaud !"

" - Qui ça, votre mari ? "

" - Non, ce taxi, quelle charrette.
C'est sous les toits, votre entresol ?
Je t'aime... Oui c'est un tournesol...
Si tu savais comme il me traite :
Des claques voilà mes cadeaux !
Je croyais n'être jamais prête.
... Ça ? C'est moi. Laissez les rideaux. "
" - Le coeur vous est bien en dentelle. "
" - Mais il faut une heure " dit-elle
" Rien qu'à me lacer dans le dos. " (*)


( * : Non, ce taxi, quelle charrette )

Les commentaires sont fermés.