Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 mars 2014

La colo de Kneller

la colo de kneller.jpg

Ça se demande pas comment on arrive ici, ça change rien de toute façon. Et puis y a qu'à regarder, pour savoir, en général. Peau fripée ? Noyade. Corps Picasso? Bombe.. Cicatrice à la tempe ?...


Hayim, ça fait 15 jours qu'il est là, il s'emmerde, y a rien à faire. « le fait qu'il ne se passe rien est un axiome ». Alors autant ne rien faire avec quelques bières et de la musique le soir, au pub du coin, le « Mort subite ». Sinon, pour la pitance, y a le « Kamikaze ».

« ici, c'est comme avant, sauf que c'est pire ». Hayim, quand il apprend qu'elle est là aussi, Erga, il part à sa recherche, avec Ari., qui le suit, car il a rien de mieux à faire, Ari. A part donner des cours d'interprétation de rêves, bien campé sur ses chevilles gonflées à bloc d'égocentrique nonchalant.

Ils prennent Lihi en stop, avec son sac à dos, à la recherche des responsables du lieu. Ils tombent nez à pneu avec Kneller, qui tient une colo qu'en est pas une. Il cherche son chien, qu'a en fait élu domicile chez un gourou messie, avec villa piscine et mouton à la broche. Pas loin y a la mer, avec une plage pleine de.. ouais.. c'est dégueulasse.. même les prostituées n'y viennent plus.

Y a même, des fois, quand on n'y pense pas, quand on s'en fout et surtout quand ça ne sert strictement à rien, des petits miracles qui arrivent.

 

Note : aussi courte qu'un pitch de 80 pages format poche découpé en 26 chapitres.

 

Sinon, sur le thème, y a mieux (si si, assurément) :

littérature,livre,roman,la colo de kneller,keret,suicide    littérature,livre,roman,la colo de kneller,keret,suicide    littérature,livre,roman,la colo de kneller,keret,suicide

Les commentaires sont fermés.