Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 31 mars 2014

La compagnie des eaux

compagnie des eaux.jpg

"Pour Valère, avant toute chose, il y avait les œufs. Les œufs étaient là depuis toujours. Avant les poissons, avant les arbres, avant les pierres, avant l'eau et le feu, avant le big bang même, il y avait eu les œufs. Si Dieu existe – le seul être dont Valère admettait l'antériorité par rapport aux œufs -, le premier jour, il a créé l'œuf. Et le second, il s'est reposé, car pour l'essentiel, son œuvre était accomplie."

Lire la suite

vendredi, 28 mars 2014

Don : double équité (ici où là-bas)

ambiguïtés.jpg   je suis d'ailleurs.jpg  une parfaite chambre de malade.jpg   

Exemple d'Ambiguïtés : "Je suis d'ailleurs, dans Une parfaite chambre de malade."

mardi, 25 mars 2014

Frig-horrifiée

passer l'hiver.jpg   la tempête.jpg   une petite robe de fête.jpg  

Passer l'hiver et La tempête dans Une petite robe de fête.

lundi, 24 mars 2014

La colo de Kneller

la colo de kneller.jpg

Ça se demande pas comment on arrive ici, ça change rien de toute façon. Et puis y a qu'à regarder, pour savoir, en général. Peau fripée ? Noyade. Corps Picasso? Bombe.. Cicatrice à la tempe ?...

Lire la suite

jeudi, 20 mars 2014

Philippe et les autres

philippe et les autres.jpg

« nous sommes nés pour devenir des dieux, et en même temps pour mourir ; contradiction folle. Notre seconde destination n'est terrible que pour nous-mêmes, en ce qu'elle nous interdit d'atteindre jamais la première. Mais la première est insupportable aux autres. Un dieu est une chose insupportable, parce qu'il est parfait. »

Lire la suite

mardi, 18 mars 2014

La coupe est pleine, Thérèse !

ce que disent les morts.jpgzola jackson.jpgla coupe d'or.jpg

Ce que disent les morts, Zola Jackson le verse dans La Coupe d'or.
Pas de quoi en faire un Thriller, Emile..

lundi, 17 mars 2014

L'homme à l'oreille croquée

pouy.jpg

 

Une histoire classique, banale. Un ado de 15 ans, Marcel, scolarisé chez les Pères, un peu poète, rentre au bahut à La Rochelle. Dans le compartiment, une fille, un vieux. Sans prévenir, Marcel tombe littéralement sous le charme de la jeune femme qui l'entreprend sans préambule, lui mord le front, échange avec lui ses fluides corporels comme on s'échange des adresses pour ne pas perdre le contact, à la fin des vacances, et, en guise d'adieu, lui bouffe l'oreille.

Lire la suite

mardi, 11 mars 2014

La terre est bleue comme une patate douce

shuang.jpg

« Je lui ai fait découvrir le désir. L'étrange goût du désir. Le désir d'aimer. Le désir d'apprendre. D'apprendre à aimer. Le désir d'amour. Le désir, tout court. Toutes les formes du désir. Le désir d'apprendre ; Le désir de comprendre. Le désir d'être. Le désir de vivre. Intensément. Le désir de l'absolu. »

« Elle m'a fait découvrir le plus beau de tous les désirs. Le désir du désir. »

Lire la suite