Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 26 avril 2007

Histoire de Mélody Nelson

medium_41ELVs3VuAL_SS500_.2.jpgEn 1971, Serge Gainsbourg oscille entre la vie et la mort.

Serge perd son père le 22 avril et gagne une petite Gainsbourg du prénom de Charlotte, le 21 juillet. L'album Melody est l'oeuvre de cette fracture, entre l'amour et la mort.

Cet album conceptuel (Gainsbourg est le narrateur de l'histoire d'une fille anglaise qu'il renverse au volant de sa Rolls Royce) dégage à la fois un univers sombre et tourmenté où la mort n'est jamais loin ("Où es-tu Melody et ton corps disloqué hante-t-il l'archipel que peuplent les sirènes ou bien accroché au cargo dont la sirène d'alarme s'est tue, es-tu restée au hasard des courants") et des moments de bonheur, une ôde à la passion amoureuse ("Ah Melody tu m'en aura fait faire des conneries").

                                         La musique orchestrée par Jean-Claude Vannier participe à la narration de l'histoire et répond à la prose du poète, pour une atmosphère puissante, envoûtante, érotique et passionée...

Les guitares, la basse, la batterie servent de décors à l'histoire. Cette musique vient sublimer les paroles de Serge Gainsbourg, qui nous charme par sa voix et sa poésie.

Un chef-d'oeuvre de la chanson française. Vous aussi prenez le volant de la Rolls de Serge, entrez dans la "spirit of Extasy" qui fait partie aujourd'hui des innombrables oeuvres d'art qui peuplent sa maison, rue de Verneuil, à Paris. Ah, j'allais oublier : Jane Birkin magnifique sur la pochette de l'album, à qui l'on pense pendant tout l'album. Elle est la Lolita anglaise timide et sensuelle, elle est la muse du grand poète.

medium_disco_71.gif
AGENT BEN 

mercredi, 25 avril 2007

Entretien avec un banquier

Situons la scène… un appartement en ville, deuxième étage, trois pièces, un grand séjour.

Dans le séjour, près de la fenêtre, une jeune femme, confortablement installée dans un fauteuil aux accoudoirs déjà élimés, acheté à crédit et pas encore fini de rembourser, lit tranquillement le dernier best-seller trouvé à la librairie, histoire de rester « in », pense-t-elle…

Dans la cuisine, un homme, ça tombe bien, il vit maritalement avec elle depuis quelques années déjà… attendez.. trois, oui, c’est ça, trois ans, déjà.. comme le temps passe… Il boit son café, accoudé au rebord de la fenêtre, le regard perdu dans son café à peine tiède maintenant, bah oui, ça fait quand même dix minutes qu’il est là à se demander quand il va enfin lui faire sa demande.. « Ca s’fait au bout de trois ans, non ? tous mes collègues ont franchi le pas.. même Philou, qui se dit rebelle, vient de s’engager… »

Lire la suite

Frédéric Beigbeder bientôt au cinéma

medium_300px-Frederic_Beigbeder_in_Poland.2.jpgBeigbeder est partout, à la télé, dans les magazines littéraires, dans le milieu de l'édition. L'homme fait le clown à la télévision, ce qui, à mon avis lui porte préjudice... Certains le trouvent détestable, d'autrent l'aiment : je fais partie de ceux-là !

Cet homme qu'on pourrait prendre pour un cynique, est en fait un grand romantique (si, c'est comme ça et pis c'est tout). Lisez L'amour dure trois ans, mémoires d'un jeune homme dérangé, ou 99 francs ou euros je ne sais plus, vous verrez que ces personnages pleurent beaucoup les femmes qu'ils ont aimées et choyées.

Je pense que la sur-activité de Frédéric est due a son énorme cuit cuit, ou QI ?  Mais surtout au fait qu'il vit des moments difficiles avec Laura (c'est dans Voici ils auraient rompu).

Mais pour un malheur arrive toujours un bonheur (non?), l'écrivain va adapter son roman 99 dollars, euh 99 francs au cinéma, il est en train de tourner et si vous ne l'avez pas lu faites-le ! Le génial déjanté nous régale de tout son talent et décrit  dans ce livre avec humour le monde de la publicité (il en a fait plein aussi des pubs)? C'est vrai il boit beaucoup eh eh eh!

A bientôt chers amis et bonne chance  à toi Frédéric.

                                               AGENT BEN.

Sondage

medium_voutch4.jpg
Capté chez voutch

ZIPANG

medium_Zipang1_01032005.2.jpgSERIE: Zipang

AUTEUR: Kaiji Kawaguchi

GENRE: SEINEN (Historico politique, fantastique)

Dans cette série, de politique fiction Kaiji Kawaguchi base sa réflexion autour de cette question: Quelle serait notre réaction si nous pouvions changer l'Histoire de notre pays ? Quelles en seraient les conséquences sur le monde actuel ?

Le Pitch?

 

Lire la suite

10:25 Publié dans Fury Manga | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, manga, zipang | | | |  Facebook

mardi, 24 avril 2007

Agent Ben : La Compagnie de l'Arcade te réclame !

medium_spectacle_20Corpus2007-5.3.jpg... du moins ton point de vue ! Eh oui, personne n'oublie, le compte rendu que tu as promis :-) !Alors surtout, tu copies pas sur moi, non mais !

Sophie Torresi (tu sais, celle qui a joué Corpus Eroticus), et Virginie Deville (autre comédienne de la compagnie) aimeraient beaucoup savoir ce que tu en as gardé, de cette représentation.

Allez, rappelle-toi ces lumières rouge-orangé, rappelle-toi cette ambiance intimiste... Rappelle-toi...

Je me rappelle de ce soir-là...

Je me souviens que c'était la première sortie que je faisais depuis bien longtemps..., depuis la fin d'une histoire...

Je me souviens que j'ai accepté parce que c'est toi qui m'a convaincu d'y aller...

Je  me souviens de m'être dit : " Allez, Corpus eroticus, ça te changera les idées."

Je me souviens qu'il faisait beau pour un mois de mars et qu' on s'est baladé d'un pas léger tous les deux de la place de l'Hôtel de Ville jusqu'à cette rue de Flavigny où se cache le théatre de La Manufacture.

 Je me suis souvenu que c'était la deuxième fois que je sortais après ma rupture et pas la première. En effet j'avais déjà pu apprécier au théâtre Jean Vilar le travail de la Compagnie de l'Arcade sur Faust, une bande dessinée dont les dessins avaient été mis en scène sur grand écran et pour laquelle Sophie Torresi (qui m'avait fait très peur) faisait la voix du diable. 

Nous sommes arrivés à la Manufacture, avons été bien accueilli par un café ou une infusion au gingembre, chaud, très chaud.... Je me laissai tenter par l'infusion. oh ! faux ! c'était un café ! :-)

Je me souviens t'avoir accompagnée dignement jusque dans la salle, pour me précipiter sur la meilleure place (surtout qu'il n'y en avait pas)  et là, deuxième surprise (le gingembre commençant à faire son effet) (surtout celui de l'infusion que tu n'as pas bue) les ouvreuses nous demandent de bien vouloir les suivre derrière la scène. Diantre ! me dis-je, si je dois payer de ma personne dans ce spectacle je crois que je n'vais pas me sentir bien !

En fait nous nous installâmes alors sur des tabourets, dans des boxs, dans la pénombre, oui là, à Saint Quentin, j'étais au peep show ! Plus tristounet du tout, j'attendais avec une excitation soudaine, ce qui allait se produire... Et magie du spectacle : là, devant moi, derrière la vitre sans tain, une créature de rêve en lingerie rouge, escarpins assortis,

 Je pouvais scruter derrière ma vitre sans tain, le diable dans la peau, les jolies formes de la comédienne. Je me pris vite au jeu. Mais le choc de la nudité passé, doucement, le corps nu, appétissant, vint me  parler. D'un seul coup la comédienne, l'air grave, se colla à ma vitre. Le jeu était devenu pour moi honteux. Je ne voyais plus la sensualité du corps de la comédienne, mais je l'écoutais parler de  ce corps qui, oui, avait une âme. Son monologue sur sa vie quotidienne était alors complètement décalé, voir touchant. Entendais-je vraiment ce qu'elle voulait dire? Peut-être pas, mais je l'écoutais alors religieusement.

A la fin du spectacle (court, une demi-heure) les spectateurs hommes pris par surprise étaient comme moi touchés, redevenus des  petits enfants. La mise en scène très originale de Virginie Deville avait fait son effet. Elle nous a ramené à nos premiers émois face aux femmes des magazines, de celles qu'on ne considérait alors que comme des images.

La Manufacture, j'y retournerai !

AGENT BEN.

La bête qui meurt

medium_roth.jpg"Le temps, pour les jeunes, est toujours constitué du passé. Mais pour elle, désormais, il est fait de l'avenir qui lui reste, et qui, croit-elle, tend vers zéro. (...) Le plus joli conte de fées de l'enfance, c'est que tout se produit à son heure. Les grands-parents disparaissent longtemps avant les parents, et ceux-ci longtemps avant leurs enfants. avec un peu de chance, ça se passe comme ça, les gens vieillissent et meurent en respectant l'ordre chronologique, si bien que pour leur enterrement, on se console en se disant qu'ils ont eu une longue vie.

Lire la suite

Initiation

medium_9782847892109.jpgSERIE : INITIATION

AUTEUR : Haruko Kashiwagi

GENRE : Hentaï (érotique)

Pour vous détendre, messieurs (et les dames, elles ont pas le droit de se détendre ? dixit absolu) entre les deux tours des élections présidentielles un peu de sexe sensualité ne peut pas faire de mal.

ACTION :

Un jeune étudiant se perd dans un village isolé alors qu'il est parti pendant ses vacances à la recherche d'un sabre ayant appartenu à sa famille.

Il est accueilli à bras ouverts et pas seulement, par les villageoises de cette contrée qui sont peu farouches et respectent consciensieusement des rites sexuels sensuels ancestraux qui vont "ré-jouir" notre jeune héros.

L'auteur de ce manga érotique est une femme, elle a étudié scientifiquement les pratiques sexuelles ancestrales de certaines communautés japonaises (oui, du moment que c'est scientifique, les femmes, elles peuvent étudier le sexe, toujours dixit absolu). On a toujours à apprendre des traditions !

De bonnes soirées en perspective !

                                                                 AGENT BEN.

 

lundi, 23 avril 2007

Ecorce de livre

medium_LIVREBRANCHU.jpg
capté

Avis de recherche

Ami(e)s lecteur(trice)s,

J'ai besoin de votre aide...

Je recherche quelques auteurs de littérature japonaise contemporaine, dans la lignée de Natsuo Kirino....

J'attends vos suggestions avec impatience en commentaires, merci !

Absolu

Il à l'envers : elle

Il tourne, tourne en rond

cohabite avec ses souvenirs

soulevant les voiles,

saoul, le vent,

elle va venir le dévoiler..

 

Elle fuira avec lui son devenir,

fouillera en lui, à deux, venir..

elle sera son repentir,

il reprend d’elle, sans se mentir..

effusion, effet d’optique,

fusion d’aimés, sans plus d’effet..

 

Rythme hypnotique, tambour battant,

le temps lui cogne au tempes,

les draps trempés l’empêchent de fuir,

le ramènent à sa réalité,

souffle vital, corps alité..

ferme les yeux..

elle s’envole, s’évapore..

 

La porte s’ouvre sur un homme seul..

seuil de son lit, deuil de sa vie,

elle est partie.. il n’en peut plus..

elle est à part,

il après elle,

il n’est plus rien,

nous s’est éteint..

Eagle

medium_Eagle1_08072005.jpg     SERIE: Eagle

     AUTEUR: kaiji Kawaguchi

     GENRE: Seinen (politique, drame)

Les Français ont prouvé ce week-end qu'ils s'interessaient à nouveau et comme jamais à la Politique.

Ce manga est d'actualité, il nous décrit les coulisses d'une campagne électorale présidentielle aux Etats-Unis. Intrigues familiales et politiques sont au programme de ce thriller politico-dramatique.

                           le Résumé?

Lire la suite

10:10 Publié dans Fury Manga | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, manga, eagle | | | |  Facebook

dimanche, 22 avril 2007

Vie conjugale

medium_084_CJ_H.2.jpg
capté sur voutch.com

Festival Mythos

medium_mythos2007.jpg

Petit Homme à qui l’on apprend l’art de la guerre dit à Cheval, son ami
Cheval, j’aimerais monter sur ton dos et partir galoper au milieu des étoiles
Cheval ne répond pas
Cheval, pourquoi les Hommes jouent-ils à la guerre ?
Cheval détourne la tête
Cheval, tu es beau, grand et fort, mais tu as l’air si triste
Cheval baisse les oreilles
Cheval, je sais que tu comprends mes paroles alors dis moi : « qui est l’Homme ? »
Cheval ne dit rien et regarde au loin
Petit Homme pose alors sa main sur l’encolure de l’animal
Ne dis rien Cheval, ne dis rien, je crois que j’ai compris

Un enfant mourut le lendemain au champ de bataille… Il avait appris à la fois la sagesse de l’animal et la folie des Hommes.

En savoir plus

A lire aussi

Candidats : à quoi ressemble leur désir de livre

 Capté sur livreshebdo

"Certes, comme l’ont montré nos différentes bibliographies consacrées aux livres politiques, l’objet-livre est bien utilisé. Mais dans cette campagne nouvelle génération, les candidats, même ceux qui ont écrit un livre, ont tous préféré s’appuyer sur les outils beaucoup plus réactifs que sont les blogs et autres sites Internet.
Or l’univers numérique, avec ses merveilles et ses dérives, porte des remises en cause pour les commerces de la culture. Donc pour le livre.

Lire la suite