Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 août 2007

La vie sexuelle d'un islamiste à Paris

8827b70d2132a0363ed17141a101e797.jpg

Non, ce n'est pas pour appuyer la thèse d'Amaury concernant les notes titrées trash, pervers cochon ou érotique. C'est plutôt un clin d'oeil.. Et surtout une curiosité. Pas spécialement basée sur le titre (un peu tout de même), mais au-delà de l'accroche, j'ai lu les premières lignes de cette sortie littéraire 2007. Comme dirait l'autre, "j"me l'f'rais bien çui-là". En plus, c'est une femme qui l'a écrit.

L'avant-goût

Alors, vous en dites quoi ?

samedi, 25 août 2007

Back to Black

1c0195344cfc9f4771a93fbf81dc2c1e.jpgAmy WINEHOUSE, après un tube en Angleterre et  un album passé inaperçu dans les année 90 est devenu en quelques mois la nouvelle icône de la pop mondiale.

La raison? Cet album Back to black qui une fois caler sur votre chaîne y passe en boucle.

La belle a une voix tout simplement envoûtante, une de ces voix à la Aretha Franklin, Nina Simon, voir Janis Joplin. La production de cet album est léchée ce qui donne aux rythmes cuivrés  toute leurs sonorité, on voyage à travers cet album entre jazz, soul et ska.

Amy a remis , la musique black sur le bonne "voix".

                                                                                                                                                                            Cet album très sombre est la conséquence du malheur de la chanteuse qui a 23 ans ne sait pas remise de sa séparation d'avec son amour... Elle chante  son désespoir d'une façon unique "love is a losing game", wake up alone". Son coeur saigne est la belle  noie son chagrin dans les pubs... "you know i'm no good" et "rehab" le tube interplanétaire où elle chante qu'elle ne veut pas aller en cure de désintoxication NO NO NO.

2007 est son année. La vente de l'album Back to Black est colossale, son album est  numéro 1 dans presque tous les pays, la critique l'encense et... elle se marie avec Blake fielder civil son  petit ami de retour.Mais paradoxalement, les ennuis la guêtent.

                                            La chanteuse n'a pas que le look punkf2fa185118b4c3989eeb98531cc6b236.jpg, son autodestruction est de plus en plus visible, ses frasques dignes des sexs Pistols. Un jour complétement ivre elle se casse les dents dans un escalier, annule concerts et interviews. Quand elle passe à la télé ce n'est pas du Céline Dion...( Bonjour René) Ivre morte elle crache par terre dans le show Never mind the Buzzcocks, et  chante une chanson complétement bourrée. Dans un des clubs les plus branché de New York elle tabasse deux filles qui n'aime pas ses tatouages...

  AMY se reprend pourtant lors de concerts à l'île de Wight 2007 par exemple avec les Rolling Stone sur scène. Elle met le feu  au Eurokéennes de Belfort. Elle est choisie pour le générique du prochain James Bond. Snoop Dog est près à enregistrer avec elle, les Artic Monkeys fans de la belle brune reprennent "You know I'm no good.

 

 

9f95e8988c908958a48646c34256c4e4.jpg  Mais le mal être de la fille est toujours là, elle en joue, Bono  le chanteur intouchable de U2 en fait les frais a la cérémonie des Award de la musique elle lui crie alors qu'il fait un discou r"Ferme ta gueule on s'en branle"! De plus en plus la star est la cible des tabloïds du monde entier qui se régalent de sa déchéance...

  Il y a trois semaines Amy  Winehouse a été trop loin...

Dans la nuit du 9 août dernier elle est victime d'une grave overdose et a frolée la mort. Elle a accordée une interview quelques jours après à un journal anglais déclarant qu'elle  ne voulait plus se sentir dans un tel état.

                                      Espérons que Amy ne dise plus no, no, no car la musique y perdrai l'une de ces plus belles voix... Back to black est déjà un classique.

                                     AGENT BEN.

jeudi, 16 août 2007

Le Roman des Jardin

193428f56044b2f7e4a1851c75313979.jpgAuteur: Alexandre Jardin

Si vous ne l'avez pas encore fait précipitez vous en librairie pour vous procurer ce livre!!

D'abord parce que le Roman des Jardin est paru en poche, le format est toujours pratique pour partir en voyage, et que celui-ci fait parti de la "sélection  prix des lecteurs 2007 " de la collection!

Oui mesdames et messieurs!

Il faut dire que vous ne quitterez pas des mains ce roman tant il est réussi. Vous serez transporté dans un univers complétement fou, celui de la famille Jardin. 

Alexandre Jardin nous fait rire avec les personnages haut en couleurs que furent les membres de sa famille et les amis de cette tribu. Artistes, rêveurs, écrivains, anarchistes, politiciens qui en font partie sont reçus en Suisse au sein de leur propriété : la "Mandragore".

Tout une faune d'anti-conformistes  vient chercher chez la famille Jardin un espace de liberté: pour ses liaisons extra-conjugales,  pour de l'argent à des partis politiques,  pour mener une expédition pour chercher le Yéti, toutes les folies imaginables...  La maîtresse de cérémonie de la maison, l'Arquebuse, la grand-mère d'Alexandre, femme romanesque, qui ne pense qu'à l'amour et aux livres  fait souffler sur la famille un vent de folie... 

Ce livre est aussi un livre analytique, Alexandre Jardin revient  à travers ce livre familial sur les bons moments qu'il  a vécus, enfant, au contact de ses originaux de parents et sur les traces qu'a laissé sur lui cette originalité des siens en tant qu'homme.

Il raconte son rapport avec  l'anti-conformisme de ses parents, une folie héréditaire  à qui il doit beaucoup il en est conscient (elle explique certainement sa vocation littéraire), mais aussi le risque qu'il a pris à l'âge adulte de concevoir sa vie de façon parfois trop conventionelle,  y compris dans son oeuvre littéraire... en réaction à son milieu.

Alexandre Jardin rend un  hommage drôle et touchant  à sa famille et aussi à sa nounou Zouzou considérée comme la plus originale de la tribu Jardin puiqu 'elle  était "normale".

Ce  roman drôle et et touchant est signé de la main d' Alexandre Jardin de la tribu des "double-rate"

Extrait : "Comment ne suis-je pas, moi aussi, devenu dingue ? D'ailleurs est-il bien certain que je ne le sois pas?
Car enfin... On ne couche pas impunément avec la voix de son amant défunt ou avec une guenon friande d'héroïne...
On ne peut pas décemment passer ses journées à perfectionner ses échecs...
Il n'est pas recommandable de laisser les enfants acheter des bonbons avec l'argent noir des partis politiques...
Les fils ont intérêt à ne pas culbuter leur ex-belle mère, fût-elle polyvalente (...).
(...) Mon papa n'aurait pas dû cravacher l'épouse de l'amant de sa propre maman, initié par elle à de sévères pratiques...
D'une manière générale, que les époux se fouettent entre eux, en famille... Sans avoir recours à des Mexicains au fond de notre jardin.
Et qu'on se le dise : les hommes de ma mère n'auraient jamais dû porter des montres identiques pour m'apprendre à lire l'heure.
L'addition de toutes ces folies mises bout à bout fut interminable à régler. A quarante ans, je finis tout juste d'en payer les surcoûts; même si les agios courent toujours."

lundi, 13 août 2007

Nyarlathotep

 

                                         Titre : Nyarlathotep640e9bfa06e20777f71ec5b341319627.jpg

Auteur: H.P LOVECRAFT

Si vous faites partie de ces veinards qui avaient trop chaud sur la plage en ces vacances d'été, voici un livre qui devrait vous rafraîchir !

HP Lovecraft est le spécialiste des sueurs froides.

Au programme de ce recueil de nouvelles, des petites perles d'horreurs et de fantastique a vous glaçer le sang...BRRR! Pour frissoner d'épouvante : Balade isolée en forêt en plein orage, grignotage de pieds par un mort-vivant revanchard, massacre d'un vieillard par ses cambrioleurs et Nyarlathotep, démon prenant le contrôle de la planête terre. Plein de réjouissances donc, qui devraient vous (re)donner la chair de poule! Pour les autres qui se les gèlent au-dessus de la Loire, y a plus qu'une solution pour vous : lire Lovecraft, écouter Marylin Manson et s'habiller gothique, comme cela vous serez "tendance" pour la rentrée des classes, jour où il fera... beau!  "Monde de merde!" comme aurait dit H.P Lovecraft...

AGENT BEN.

Extrait : "C'est au cours de cet automne torride que j'ai passé toute une nuit avec ses foules turbulentes pour voir Nyarlathotep; d'un bout à l'autre de la nuit étouffante et jusqu'au sommet des escaliers sans fin, dans la chambre suffocante. A l'état d'ombres sur un écran, j'ai vu des formes encapuchonées parmi les ruines, et de méchants visages jaunes guettant derrière des monuments effondrés. Et j'ai vu le monde lutter contre l'obscurité; contre les vagues de destruction déferlant du plus profond de l'espace, tourbillonant, bouillonnant, se débattant autour du soleil qui s'affaiblissait et se refroidissait..."

                                         

mercredi, 08 août 2007

La bête qui meurt

48bbcf80c3555bcbc7d5e7c1b54f9273.jpgAuteur: Philip Roth.

Le professeur  d'université David Kepesh agé de soixante deux ans a une obsession les deux seins de l'une de ses élèves Consuelo, d'origine cubaine. Cette très belle jeune femme semble avoir un désintéret total pour le sexe...

 

 

 

 Ce roman, basé sur le thème de l'amour impossible est l' Histoire d'une passion érotique difficile entre deux êtres d'âges différents et sur la jalousie d'un séducteur viellissant.

Un livre  sensuel et captivant de Philip Roth.

                              AGENT BEN.

Extrait:

Elle téléphonait en disant :"Je peux passer te voir quelques heures?" et elle savait que je ne dirais jamais non. Elle savait que je ne dirais jamais non. Elle savait que chaque fois, pour que je m'exclame : " Que tu es belle!" comme devant un Picasso, il lui suffisait de se déshabiller, devant moi. Moi son proffesseur de critique appliquée, l'esthéticien du dimanche sur pbs, l'autorité régnant sur la télévision new-yorkaise, dictant ce qu'il fallait voir, entendre et lire, je venais de la décréter oeuvre d'art magistrale. Pas artiste, non oeuvre d'art, avec l'aura magique qui en émane. Rien là dedans qui puisse lui échapper: il lui suffisait d'être là, offerte au regard, et je l'inondais du sentiment de son importance...

 

vendredi, 20 juillet 2007

Le hasard (?) fait bien les choses

Admirez cet enchaînement de titres :

La douceur des hommes. Aujourd'hui : caresse de rouge...

87ce06729d9c091fde3b7e7df303896d.jpg

231b26aa85e1f87bea6402b72b018c4b.jpg

33773fe829780b2563bf0926e0f5b5b2.jpg

mercredi, 18 juillet 2007

Nourritures bien terrestres

Rien à voir avec du Gide.. Absolument pas. Ne croyez pas que je ne m'abreuve qu'à la source des plus grands auteurs, que je sustante cet appétit vorace uniquement avec des mots. Je casse un mythe peut-être, mais je ne suis pas qu'un esprit ! je suis bassement humaine, et donc, je mange.. mais attention ! pas n'importe comment.. La preuve :

35f60fb8469a15652e4d58affc201b6c.jpg26dd707292363a76bd1cfc9bce11d83b.jpg16a0bce3538bf8b80430dcba110cd368.jpge529cd87095ab0c1633d4cdd36b3ff0e.jpg

Maintenant vous comprenez un peu mieux pourquoi je mets autant de temps à rendre "conte" d'un livre quand je savoure celui rendu par mes papilles (et celles des autres aussi)

jeudi, 28 juin 2007

Pas sortie des mots...

Voilà. Il fallait que vous le sachiez. Je ne m'en sortirai jamais. Non. Et vous savez quoi ? Tant mieux !

Ces trois livres ont fait leur apparition dans mon champ de vision, et mobilisé mon intérêt. Encore. Damned. Je suis cernée.

6a587f3eb73206d963bbe708130485a5.jpgPrésentation de l'éditeur
" Raconter des histoires : ce devrait être la fonction première du roman. Cela longtemps l'a été, de Stendhal à Tolstoï, de Dickens à Melville, de Stevenson à Simenon. Aujourd'hui, en France du moins, les romanciers ne racontent plus : ils parlent d'eux-mêmes, ce qui est tout différent. Ils ont perdu l'art de se créer des doubles et de se projeter dans des identités de rechange. Ils expérimentent, ils ressassent, ils n'ont plus cette liberté, cette gaieté de se transformer en d'autres qu'eux-mêmes. L'Art de raconter est tout le contraire d'un traité sur le roman c'est une défense et illustration, à travers de nombreux exemples français et étrangers, du roman comme plaisir, comme jubilation, comme machine à rêver et à entraîner le lecteur dans les émois et les délices de l'aventure ." D.F

da2fbee41d19de2b275d971b4ed339fd.jpgPrésentation de l'éditeur
Le succès d'Harry Potter aura eu raison de ces enquêtes pessimistes sur le rapport à la lecture de nos enfants, soi-disant plus fascinés par l'image omniprésente que par les mots. Quand ils aiment les livres, nos enfants les dévorent. Et, contrairement à la surprise qui accompagne à chaque fois ces succès de librairie, ce phénomène n'a rien de nouveau.
D'où vient une telle séduction ? Comment ces livres touchent-ils nos enfants au point de déclencher en eux une véritable passion, celle de la lecture ? Sophie de Mijolla-Mellor a choisi des œuvres aussi éloignées par leur forme que par leur époque. De la Comtesse de Ségur à Harry Potter en passant par la série " Chair de poule ", elle se propose, non pas d'expliquer la réussite commerciale de ces ouvrages, mais de cerner, à travers eux, ce qui permet aux enfants de découvrir un goût de lire qui ne les quittera plus. C'est l'aventure de ces enfants qui commencent tout juste à lire seuls qu'elle nous fait partager, les fantasmes et les croyances, les angoisses et les désirs que la lecture active en eux, l'ouverture et la liberté qu'elle leur offre. Il s'agit en somme de comprendre comment naît le plaisir de lire.

 

e5a47d69a8061e38eee29ebaa484b5b4.gif

Mot de l'éditeur

Comme le dosage des saveurs en cuisine, la ponctuation est un art délicat, pas toujours bien maîtrisé. Chacun l'utilise sans vraiment y réfléchir, un peu comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir. Cet ouvrage s'adresse à ceux qui souhaitent améliorer leur expression écrite, mais aussi à tous les esprits curieux, amoureux des mots et de la littérature. Il propose une approche décomplexée de cette " petite science ", si essentielle à la compréhension d'un texte. Un livre savant et ludique à la fois, où les signes de ponctuation deviennent autant de personnages dont nous sont contés les pérégrinations et les usages. Une promenade singulière qui ravira tous les amateurs de style.

Voilà. Y a plus qu'à me souhaiter bon courage. Merci/

vendredi, 22 juin 2007

Barbery

Chez Barbery,  y a ça :
Le BaRBeRy v 1.0 : Dico mégalo CoRHuPOP
(Cognitivo-Rapo-Humoristico-Poético-Oulipo-Psychanalytique) :
a68c76381fe89a1840c17ca57c165da3.jpg
45fd55196df37f0f1f18f35b16b299b7.jpg
1921d28266cf2d8b3e7aed0e769baf47.jpg

 

Y a d'la philosophie :

" Non, je ne crois pas, je n'ai jamais cru, je ne croirai pas en ma mort "
ou billet d'humeur anti-heideggérien (1995)
 

Y a d'la poésie aussi, chez Barbery, le mari. Si si.. :

d696328c34ea71ff20a51d030e9a3435.jpg

Enfin y a plein de choses bien, chez Monsieur Barbery.. Pas de jeu de mots avec son nom, je pense qu'il en a déjà fait le tour..
Allez voir, faites-lui plaisir, merci.

 

mercredi, 20 juin 2007

Tour du monde du petit coin

Mot de l'éditeur

c4a2e250c8a57d617c623fe3e5196083.gifUn livre consacré à la plus petite pièce de la maison.
Hutte sur pilotis, cabane en bois, design dernier cri, luxe inouï ou total dénuement : à chacun sa conception des toilettes publiques ou privées.
A travers ce tour du monde, cet ouvrage donne un aperçu à la fois drôle et érudit sur les traditions millénaires relatives à la fréquentation intime du "petit coin".

Les auteurs: Morna E. Gregory et Sian James, deux jeunes Canadiennes qui se sont rencontrées dans un centre équestre. Elles y ramassaient ensemble le crottin des chevaux. La vocation ou, du moins, la nostalgie de la matière est restée.

Le genre: Encyclopédie mondiale du petit coin.

Le contenu: Dis-moi où tu urines, je te dirai qui tu es et quelle est ton espérance de vie! C'est un peu l'ambition de ce petit guide qui recense les mille et une façons d'aller aux cabinets, photos à l'appui. On y apprend que les toilettes australiennes sont en acier, que les Canadiens ont inventé l' «urinette» pour ces dames, que les Indiens préfèrent s'accroupir au-dessus de la cuvette, ou que les toilettes en Turquie sont encore bien souvent... à la turque!

Les références: Quelque part entre les fascicules ethnographiques de Géo et les guides fashion de teNeues. Ça dépend du continent!

La phrase: «Les astronautes sont tenus de s'attacher aux toilettes, car l'étanchéité est extrêmement importante dans le cas d'un environnement à gravité zéro. Un système de vidange complexe est situé sous le siège pour séparer les matières liquides et solides. Les conséquences d'un rejet de déchets solides dans l'espace étant méconnues, ceux-ci sont compressés dans des disques plats que la NASA désigne sous le terme de "rondelles personnelles".»

Le verdict: On pourrait croire à la plaisanterie scato. Au lieu de ça, on découvre avec curiosité un aspect culturel curieusement passé sous silence, et moins futile qu'il n'y paraît. Le ton, forcément, est humoristique, et la variété de «vécés» assez déroutante. En prime, vous aurez même une histoire de la chasse d'eau! De quoi se sentir comme un roi sur son trône...

*Objet littéraire non identifié

capté

samedi, 19 mai 2007

L'amour dure trois ans

medium_516R2RPFZNL_SS500_.jpgFrédéric Beigbeder va sortir son nouveau roman au mois de Juin 2007, il va s'appeler "Au secours pardon". Avant la lecture de ce livre pour patienter ou si vous ne connaissez pas encore l'écrivain Beigbeder je vous conseille la lecture de L'amour dure trois ans.

Ce livre est le compte à rebour de la fin d'un amour, durera trois ans cette relation amoureuse ou pas ?

Fréderic Beigbeder fait rire sur un sujet grave :" La première année on achête des meubles, la deuxième on les déplace et la troisième on les partage".

Où encore "Si votre femme est en train de devenir votre amie il est temps de proposer à une amie de devenir votre femme."

A la question Frédéric Beigbeder "êtes-vous mysogine ?" le génial cynique répond dans une interwiev "non mais c'est vrai que j'ai rencontré jusqu'ici trois types de femmes. Les nymphos qui profitent et qui s'amusent. Les oiseaux mazoutés traumatisés par des salauds et qui refusent de faire confiance aux hommes. Enfin, les masquées-coincéees.(...) Mais c'est dur d'être une femme aujourd'hui. Elles en prennent plein la tête : à leur place, je n'aurais pas envié la routine métro, boulot, dodo des hommes."

AGENT BEN.

jeudi, 10 mai 2007

Héliogabale ou l'anarchiste couronné

medium_41KG1RMHBFL_SS500_.jpgCe livre est considéré comme le livre le plus violent de la littérature contemporaine.

Le sujet en est la prise du pouvoir de l'empereur Héliogabale pédéraste et provocateur au-delà du pensable, et de la façon dont celui-ci va faire exploser la culture, la religion de son empire romain .

Si vous vous faites du souci sur  l'élection de Nicolas Sarkozy, je vous conseille la lecture de ce roman qui ne pourra qu'atténuer votre peur du changement que propose notre nouveau président.

Vous serez sans doute choqué par ce livre et relativiserez votre avis sur la politique de maintenant, tant les intrigues et les horreurs du troisième siècle romain du décadent Héliogabale vous montreront que le monde a connu des changements politiques bien plus dangereux, et vous bénirez le fait d'être en démocratie!

                                          "Héliogabale, né sur un berceau de sperme, mort sur un oreiller de sang, est un noir héros de notre monde. Sa légende est faite de perversité et d'exécration". Le Clézio. 

                                                        Agent ben.

mercredi, 09 mai 2007

Le jardin des Supplices

medium_41NY8HS858L_SS500_.jpgNotre monde est un monde violent. Il n'y a pas un jour où nous ne sommes pas exposés dans tous les médias à la violence naturelle de l'homme.

Pire, les images chocs font recette, les audiences des journaux télévisés le prouvent. L'homme est un loup pour l'homme, et il est aussi depuis tout temps un voyeur zélé de la violence et de la misère humaine qui l'attire autant et qui reste  pour lui un spectacle de choix. A l'époque où les bandits étaient éxécutés en public les gens se rendaient au supplice comme on se rend maintenant en famille voir un film. A l'heure où internet et tous les médias (les magazines se vendent surtout pour leurs faits divers) la lecture du Jardin des supplices, paru à la fin du XIXème siècle est une lecture qui reste d'actualité et qui nous éclaire sur le voyeurisme primaire de l'être humain, sur sa fascination du mal.

Octave Mirbeau dénonce dans ce livre le pourrissement abject de la société de son époque quelques années avant la "boucherie héroïque" de 14-18.

Le pitch?

                  

Lire la suite

lundi, 07 mai 2007

Objectif Zéro-sale-con

Vive la vie de bureau
LEXPRESS Livres 07/05/2007

Vient de paraître la traduction française aux éditions Vuibert d'un livre qu'on s'arrache aux Etats-Unis: Objectif Zéro-sale-con de Robert Sutton, enseignant à Stanford (Californie). Le sous-titre est explicite: Guide de survie face aux connards, despotes, enflures, trous du cul et autres personnes nuisibles qui sévissent au travail. Dans la même veine: Profession salaud, une manière d'être en entreprise de Claude Lussac (Editions du Palio), un polytechnicien de 52 ans, dénonce la muflerie et la «salope attitude» de managers insensibles à la civilité. Par ailleurs, Plon prépare un «J'ai épousé un con» ...

vendredi, 04 mai 2007

Festin de mensonges


medium_festin_de_mensonges.jpgPar la magie de la fiction, l'écrivain algérien traque les travers de la société musulmane. Il s'attache aujourd'hui aux pas d'un adolescent de l'Ouest oranais.

Découvrir Amin Zaoui en 2007 procure des remords. Notamment celui de ne pas l'avoir lu plus tôt, lorsqu'il était publié par le courageux et compétent directeur éditorial du Serpent à plumes, Pierre Astier. Ainsi va la vie littéraire. Raison de plus pour témoigner, aujourd'hui, de l'émouvant talent de cet écrivain algérien, par ailleurs directeur de la Bibliothèque nationale d'Algérie.

Lire la suite