Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 03 mars 2008

Le grand jour du poème à l'autre

Opération nationale : « Le grand jour du poème à l'autre »
vendredi 7 mars
 


Chez vous, au travail, à l'école,
dans la rue…
offrez un poème,
échangez vos poèmes,
postez un poème,
glissez un poème sous la porte,
ceci ou cela mais
donnez un poème à l'autre !

Avec tous les partenaires du Printemps des Poètes :
> Dans les guichets de la Poste et les boîtes aux lettres
Trois millions de cartes postales seront diffusées par les postiers

> Dans les gares SNCF

Large diffusion de poèmes dans les grandes gares et aux abords

> Dans les parkings Vinci Park
250 parkings en France, au Luxembourg et en Suisse seront habillés de poèmes

> Dans les hôpitaux
Les clowns du Rire Médecin chanteront, diront, chuchoteront la poésie à l'hôpital, dans des petites alcôves préparées pour le Printemps des Poètes. Sous un parapluie habillé de tulles, les clowns joueront aussi avec les sons, les paroles des poètes, les écrits que les enfants pourront leur offrir pendant ces deux semaines. Parce qu'il est plus facile de soigner un enfant heureux, les 56 clowns de l'association apportent humour, rêve et poésie dans 12 hôpitaux et 28 services de pédiatrie.

> Dans les CCAS
Les Caisses Centrales d'Activités Sociales organisent pour le personnel des industries électriques et gazières Le Printemps des Poètes grâce à la diffusion du matériel de communication (affiches, cartes poèmes,…) sur tout le territoire français.

> Dans les Fnac
Diffusion sonore de poèmes à l'ouverture et à la fermeture des magasins, mise en valeur de livres de poésie et organisation de rencontres-lectures dans les espaces Forum.

> Dans les journaux Direct Soir et l'Humanité
Diffusion de poèmes dans les pages de l'Humanité, actions spécifiques de Direct Soir qui impliquera ses colporteurs dans l'opération.

> Sur les ondes de France Culture, RFI, RFO

Les poètes, artistes et les présentateurs liront des poèmes sur les antennes

> Et aussi dans les écoles, les entreprises et pourquoi pas en famille !

 

Allez donc voir

Les dix mots - Printemps des poètes 2008

A l'instar de Dame Ambroise, et pour participer à la langue française, un p'tit jeu :

A partir des dix mots proposés ici : apprivoiser - boussole - jubilatoire - palabre - passerelle - rhizome - s'attabler - tact - toi - visage, un p'tit texte à composer au gré de vos envie, imagination, émotion.


Date limite de participation (oui il en faut bien une) : le 11 mars 2008

Autre proposition : réaliser un collectif de blogs pour l'occasion, élire le(s) meilleur(s) textes, écritures croisées, que sais-je encore...
A vos idées !

11:56 Publié dans cultiver | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, mot, poésie, jeu, ambroise | | | |  Facebook

A propos du spatialisme

"Le spatialisme, cette démarche poétique qui consiste à considérer la place du mot et des caractères d´imprimerie dans l´espace de la page, c’est Pierre Garnier et son épouse Ilse, qui en sont à l’origine. « Isoler la langue, la modifier, la bouleverser, créer des structures neuves… provoquant l’apparition d’états jusqu’alors inconnus et plaçant l’homme dans un milieu permanent de création et de liberté » dixit le poète. Ce mouvement deviendra très vite international et Pierre Garnier écrira et publiera de nombreux ouvrages dans différents pays."

attrapé ici

_________________________________________________________________________

Pierre Garnier et sa femme Ilse, ont été les pionniers d’une poésie expérimentale qui rejoignait un mouvement international de poésie dite concrète, à laquelle Pierre donna le nom de spatialisme : la phrase se brise, son organisation traditionnelle éclate ; ne reste que les mots-clés : les mots moteur, les mots miroir.

Ils s’organisent en rythmes, en mouvements parlant aux yeux autant qu’à l’esprit. Bientôt les mots mêmes éclatent, libérant les lettres qui constellent la page et y recréent l’espace.

 

A cet éclatement de la phrase en mots, puis du mot en lettres, vont s’ajouter des signes - points, traits, flèches - et des figures géométriques simples - cercles, carrés, croix -  qui deviennent représentation mentale de l’espace et du temps, de la nature, de l’amour, de la mort.

 

Qu’on ne s’y trompe pas : la lecture de cette poésie n’est simple qu’en apparence. Elle demande de se vider l’esprit pour n’être qu’un récepteur de signes. De chasser le mode de lecture habituel pour adopter l’attitude mentale qu’on peut avoir en face d’une peinture abstraite.

attrapé

dimanche, 02 mars 2008

Et demain quel séjour

et demain quel séjour
vous ne saviez rien de
cet avenir qui est passé

 

il faisait des confusions
avait oublié tous les noms
ou faisait comme s'il
ne s'en souvenait plus
il avait tant d'autres
noms à découvrir et
c'étaient surtout les gens
qui l'intéressaient

 

jamais le temps de retrouver
toutes les paroles dispersées
au commencement nous parlions
peu à peu du vent et sans
doute de la fatigue puis il
fallut déformer la bouche
pour être entendu les mots
en ont perdu de leur sens

C'est quoi pour vous....

La poésie..

Je rejoins les Equipières qui ont posé la même question sur leur blog.
N'étant pas "over-bloguienne", je ne puis me joindre à leur communauté bien sympathique. Eh oui, le racisme existe aussi entre plateformes. :)
Je pose donc la question également ici.

C'est quoi, pour vous, la poésie ?

Sinon, pour moi, la poésie, c'est.... un rayon de soleil qui tombe sur une feuille dont la branche est balancée par le vent.

vendredi, 29 février 2008

E-book pour les nuls

Le livre numérique pour les nuls
par Guillaume Grallet

 Il arrive enfin sur le marché: tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur une révolution annoncée...

Imaginez un instant: nous sommes le 31 juillet, vous êtes un lecteur frénétique et vous partez le lendemain pour un mois de farniente sur une île en Croatie. Vous entassez donc dans votre valise le dernier Philip Roth, la bio de Mazarin, les deux Harlan Coben, le tome 3 de Millénium, le Pléiade Gracq et, bien entendu, le Routard Croatie. Et si cette bibliothèque portative tenait sur un simple petit écran plat? Science-fiction? Pas tout à fait. Telle serait en effet la révolution annoncée par l'e-book, ce livre numérique rechargeable que l'on glisse dans sa poche et qui, après quelques balbutiements peu convaincants, semble désormais au point. En théorie du moins. Car en pratique les choses sont un peu plus compliquées. A l'heure où Christine Albanel, ministre de la Culture, vient de confier une mission sur le livre numérique à Bruno Patino, président du Monde Interactif, plongée dans le monde secret de l'e-book.

capté ==>ici<== la suite

jeudi, 28 février 2008

Putain d'vie

Aujourd'hui je suis allée au théâtre, voir une des représentations de "Putain d'vie", dont je vous ferai un p'tit conte rendu dans les jours à venir, le temps de digérer et compléter mes notes.

354820470.jpgJ'voudrais juste vous faire partager une découverte, celle des poèmes de Jehan-Rictus, le poète, que je vous conseille de découvrir ici et , dans son élément, parmi ses compagnons de mots, de chansons. La découverte d'une époque, d'un mouvement. Les Poètes du Chat Noir.

La mise en scène, donc, s'appuie sur les textes de Jehan-Rictus, Les Soliloques du Pauvre et Le coeur populaire.

Les pauvres, aussi, ont accès au crime passionnel :
(extrait)

Pauvre Julien
(Roman)
— « Voilà comment qu’ c’est arrivé :
c’est la vraie vérité sincère ;
croyez-moi Mossieu l’ Commissaire,
mais... esscusez, y m’ont crevé,
laissez-moi m’ moucher, j’ suis plein d’ sang,
r’gardez-moi c’ qu’y m’ont arrangé !
Faut dir’ qu’ ça couvait d’pis longtemps,
de d’pis l’ temps qu’on vivait ensemble,
de fait, quasi marital’ment ;
(chez nous on s’ marie qu’à la colle ;
mais quand qu’on s’aim’, ça tient tout comme.)

 

Enfin a m’ courait d’pis longtemps...
Pourtant, pouvez vous renseigner,
tout l’ mond’ vous l’ dira dans l’ quartier,
j’ suis d’un naturel endurant.

 

Moi, vous savez, j’ suis qu’un boulot,
j’ connais qu’ mon travail dès l’ matin
et si des fois j’ me soûl’ la gueule,
c’est censément qu’ dans mon méquier
on fait qu’avaler d’ la poussière
(vous comprenez j’ suis mat’lassier,
mais à part ça l’ cœur su’ la main)

 

et pis.... a m’ faisait du chagrin.

 

L’ matin, a restait au plumard
pendant qu’ moi j’ partais au turbin
(chez mon patron l’ marchand d’ lit’ries),
et quand qu’à onze heur’s ej’ rentrais,
le déjeuner n’était pas prêt !

 

C’était moi qu’ allais aux provises
et c’était moi qu’ étais d’ cuisine ;
alle ’tait feugnante et dormeuse,
vous parlez d’un coup d’ traversin !

 

Eh ! ben malgré ça, j’ l’aimais bien.

Lire la suite

vendredi, 08 février 2008

Idées reçues sur le manga

Importées du Japon, ces bandes dessinées ont envahi le marché hexagonal. Mais il reste à chasser certaines idées reçues.

1 - Tous les mangas sont violents.
> Non.

Le terme japonais manga - littéralement: «images illusoires» - définit la bande dessinée en général et non un genre en particulier. Le dessinateur, lui, est un mangaka. Il travaille en équipe sur des séries prépubliées en feuilleton dans des magazines dont le tirage global atteindrait 1,5 milliard d'exemplaires par an. Les mangas touchent tous les âges, toutes les catégories socioprofessionnelles, et traitent des thèmes les plus larges: arts martiaux, religion, football, ping-pong, érotisme, rock, courses de chevaux, cuisine... L'amalgame «manga égale violence» date de la diffusion de Goldorak, Dragon Ball et autres japanisations(dessins animés) dans Récré A2 puis dans le Club Dorothée, à partir de la fin des années 1970. «Les mangas qui s'adressent spécifiquement aux adolescents, comme Dragon Ball ou Naruto, sont souvent les plus agressifs, précise Julien Bastide, coordinateur de l'exposition Manga Building et auteur d'un Guide des mangas. Ils fonctionnent comme des récits initiatiques classiques. Les personnages ont des super-pouvoirs et traversent des épreuves.»

La suite ici

dimanche, 13 janvier 2008

Paris et les livres

Paris expose ses plus belles pages à la Bibliothèque historique de la ville de Paris, jusqu’au 8 février 2008, dans le cadre de l'exposition Le monde des livres et de la presse à Paris, du Moyen-Âge au XXe siècle. Un voyage dans le temps et dans les reliures qui permet de découvrir la place "capitale" qu'a occupé la cité lutétienne dans l’industrie du livre en Europe. Pour cela, de grands partenaires, tels que la BNF, les Archives nationales ou le musée Carnavalet, ont été mis à contribution. Des copistes laïcs du XIIIe siècle à l’industrialisation du XIXe, en passant par la première presse installée dans l’enceinte de la Sorbonne en 1470, on suit les évolutions et révolutions de la fabrication parisienne du livre.

publié sur le site de l'Express

12:25 Publié dans cultiver | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, livre, histoire, paris | | | |  Facebook

samedi, 08 décembre 2007

Les librairies françaises en régions se regroupent

Les librairies françaises en régions se regroupentLes associations de libraires de sept régions en France ont créé le 26 novembre le réseau «Libraires en régions» qui veut être associé aux projets du Syndicat de la Librairie Française (SLF) et à la commission d’attribution du futur label de la «Librairie indépendante de référence» (Lir).

Ce nouveau réseau «Libraires en régions» représente d’ores et déjà plus de 300 librairies indépendantes adhérentes des associations Librairies Atlantiques (Aquitaine), Libraires indépendants en région Auvergne (Lira), Libraires indépendants en Midi-Pyrénées, Libraires indépendants en Nord-Pas-de-Calais, Libraires du Sud (Provence Alpes Côte d’Azur), Libraires en Rhône-Alpes et Libraires en Languedoc-Roussillon (Libelr).

«Librairies en régions» entend s’impliquer dans les projets du SLF, notamment le portail de la librairie indépendante et la préparation d’un éventuel congrès de la librairie indépendante. Ils demandent également à participer à la commission du Centre National du Livre qui sera chargée d’attribuer le label «Lir».

capté

lundi, 19 novembre 2007

Numérique quand tu nous tiens

Amazon propose 88 000 livres pour son lecteur numérique

 
(Photo : Le Kindle d'Amazon.)

Le Kindle est mis en vente aux Etats-Unis à 399 dollars. Livres, journaux et magazines sont téléchargeables directement à partir du site d’Amazon, sans l’intermédiaire d’un ordinateur ou d’une connexion wi-fi.

Jeff Bezos, patron et fondateur d’Amazon, a présenté ce lundi 19 novembre à New York le lecteur numérique propriétaire qui utilise la technologie du papier électronique. D’une dimension légèrement supérieure à celle d’un livre de poche (19,5 sur 13,4 cm), le Kindle pèse environ 310 grammes, dispose d’un clavier, d’une mémoire interne qui lui permet de contenir environ 200 livres, et est équipé d’un système de connexion similaire à celui d’un téléphone portable. Il est mis en vente à 399 dollars (272 euros), uniquement sur le marché américain : il n’y a pour le moment aucun calendrier de diffusion pour les autres pays.
la suite

M21 propose un package livres et lecteur numérique
Publié le 19 novembre 2007 par hh

(Photo : Le Cybook de Bookeen © Olivier Dion)

L'éditeur M21 met en vente pour le 1er décembre le «Digibook pro», un package comprenant le lecteur Cybook de Bokeen, 24 livres livres numériques, une newsletter mensuelle e-paper, un roman de science-fiction pour 417,40 euros.

Se présentant comme un éditeur tourné vers les évolutions sociétales (technologies, prospective, management), M21 propose une offre originale : 24 livres sous forme de fichiers numériques (dont quatorze des siens), avec le lecteur nécessaire : le Cybook de la société Bokeen, qui utilise la technologie du papier électronique. Le package, baptisé « Digibook Pro », qui comprend aussi une newsletter mensuelle sur le papier électronique, et un roman de science-fiction, sera mis en vente à partir du 1er décembre sur le site de l’éditeur au prix de 417,40 euros TTC (369 euros euros HT).
la suite

23:29 Publié dans cultiver | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, roman, numérique | | | |  Facebook

dimanche, 18 novembre 2007

Concours de mots

846a902ffd058d5772ba39a54a032498.jpg

16:33 Publié dans cultiver | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, écriture, mot | | | |  Facebook

dimanche, 23 septembre 2007

Les bibliothèques américaines s’équipent de drive-in

  Aux Etats-Unis, les usagers de certaines bibliothèques n’ont même plus à se donner la peine de sortir de leurs véhicules pour rendre ou emprunter des livres. Le 23 mai, Docuzik, blog d’un documentaliste musicien qui participe actuellement à un échange à Baltimore (Etats-Unis), révélait une nouvelle mode américaine qui gagne les bibliothèques : le drive-in. L’Anchor Southeast Library, première bibliothèque à être construite à Baltimore depuis plus de 35 ans, « a ouvert un nouveau service de “drive thru”… » Retours, prêts, amendes de retard : ce service permet aux usagers de tout faire sans quitter leur véhicule. Du Texas au Michigan, en passant par la Pennsylvanie, l’Illinois, la Floride, l’Arkansas, l’Etat de New-York, l’Indiana, l’Ohio ou la Virginie, les bibliothèques sont de plus en plus nombreuses à proposer ce service.

Lire la suite

vendredi, 21 septembre 2007

Après les romans, les bibliothèques de gare

Une première en France : la gare de Villepreux-Les Clayes (Yvelines) propose aux voyageurs d’emprunter des livres avant de prendre le train.

9a07eff6eaf92ef48747a46e693ad2ef.jpgUn kiosque à livres, baptisé « Correspondance culturelle », a été inauguré le 19 septembre dans la gare de Villepreux-Les-Clayes, à la place d’un ancien point de vente de presse, fermé depuis plusieurs années. Environ trois cents livres de poches (plus une centaine rangés dans une armoire et permettant de renouveler l’offre), sélectionnés en fonction de leur audience, sont exposés sur des présentoirs. Le voyageur s’inscrit (de 3,60 à 5,50 euros par an), et peut alors emprunter deux livres pour quinze jours auprès du bibliothécaire. Pour cette période de test, le kiosque est ouvert de 7 h à 10 h chaque matin. Quelque cinquante personnes se sont inscrites depuis huit jours que le kiosque est ouvert.

Publié le 21 septembre 2007 par ls

capté

mercredi, 12 septembre 2007

Ici s'élèvent les âmes...

Je viens de revoir le montage vidéo de cette installation d'art contemporain (===> là en haut à droite), initiative de mathilde à laquelle elle m'a proposé de prendre part.. Vous pensez bien si j'ai accepté ! En plus, elle m'a demandé si je pouvais écrire quelques petites choses concernant les âmes, pour ajouter à la sélection qu'elle avait déjà faite par ici et puis par là aussi. Je revois les moments passés à préparer, organiser, installer, accueillir, expliquer l'intention.. Un apaisement est ressorti de cette expérience. Sensation de calme, de paix.. Un havre, oui, c'est ainsi que la plupart des visiteurs ont qualifié l'endroit. La météo n'était pas clémente, au départ.. et puis, une nouvelle dimension apparut grâce au soleil filtrant au travers des vitraux.. Couleurs pastels sur la moquette, mouvant au gré du temps, jeu de lumières sur les différents élements, sur les gens.. L'installation adoptait son propre mouvement, s'appropriait les lieux, gouvernée par quelques rayons solaires.. Ephémère apparition, délicate sensation...

Et maintenant, mathilde, elle a réalisé son premier court-métrage, en Norvège, elle le parle, d'ailleurs, le norvégien.. Si si... Ame à suivre !

(si tu remontes sur l'esca-beau, je viendrai pour le maintenir stable.. il serait dommage de rater les nuages..)

Oh, et puis si vous voulez en savoir plus, z'avez qu'à cliquer !