Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 22 mai 2007

La grande bibliothèque

medium_grdebiblioSml.jpg
(c) Béatrice 2000-2006 Coron

vendredi, 04 mai 2007

La Tache

medium_41KWFN0NBQL_SS500_.jpgAuteur: Philip Roth

A la veille de la retraite, un professeur de lettres classiques accusé d'avoir tenu des propos racistes envers ses étudiants, préfère démissionner plutôt que de livrer le secret qui pourrait l'innocenter...

Tandis que l'affaire Lewinski défraie les chroniques bien-pensantes, Nathan Zuckerman ouvre le dossier de son voisin Coleman Silk et découvre derrière la vie très rangée de l'ancien doyen un passé inouï, celui d'un homme qui s'est littéralement réinventé, et un présent non moins ravageur: sa liaison avec la sensuelle Faunia, femme de ménage et vachère de trente quatre ans, prétendumment illetrée, et talonnée par un ex-mari vétéran du Vietman, obsédé par la vengeance et le meurtre.

Prix Médicis étranger en 2002. Ce livre est un chef d'oeuvre.

                                                                   AGENT BEN.

mercredi, 02 mai 2007

Gourmands d'étoiles

medium_etoiles.jpgJe vous ai laissé un extrait du Col de l'ange, hier, de Simonetta Greggio... En cherchant ce qu'elle avait comme autres livres à son actif, j'ai vu Etoiles, qui, de par la présentation qui en est faite, me rappelle Mangez-moi, d'Agnès Desarthe... Un hymne à l'amour, à la gastronomie.... Savoureux.

Extrait :

" Stella adorait quand Gaspard faisait fondre dans un gaspacho des glaçons aux feuilles de basilic. Et, quand elle avait de l'appétit, il lui composait des nourritures plus consistantes, jouant sur des associations de saveurs simples : des rondelles de pomme de terre tièdes sur lesquelles il avait amoureusement déposé des pétales de truffe, une noix de Saint-Jacques en carpaccio avec une larme d'oursin sur une feuille de roquette, arrosée de trois gouttes d'huile d'olive. "

samedi, 28 avril 2007

Paris est une fête

medium_2070364658.2.jpgDans Paris est une fête Hemingway nous fait revivre son Paris des années 20 alors qu'il est un jeune écrivain très prometteur.

Agé de 25 ans il nage dans le bonheur et ça se sent à la lecture de ce livre qui n'a pas pris une ride, et qui au contraire reste frais et nous donne l'envie de nous promener ce week end dans Paris.

Ernest nous invite à la flânerie le long de la Seine à observer les pécheurs, à descendre la Rue Mouftard pour  dévorer des yeux son marché appétissant.

Hemingway, après la rédaction  de quelques pages de romans aime à faire l'amour à sa femme et lui payer lorsque les finances le permettent de bons repas au café Lipps.

Sa ballades légère et intellectuelle le conduit tout naturellement à la closerie des Lilas où il discute littérature avec des poètes et des écrivains. "La closerie des Lilas était, jadis, un café oû se réunissaient plus ou moins régulièrement des poètes, dont le dernier, parmi les plus importants, avait été Paul Fort, que je n'avais pas lu. Mais le seul poète que j'y rencontrais jamais fut Blaise Cendrars, avec son visage écrasé de boxeur et sa manche vide retenue par une épingle, roulant une cigarette avec la main qui lui restait.

On y découvre sa complicité avec Gertrude Stein qui lui prodigue des conseils plus ou moins bien accueuillis par le jeune écrivain sur son écriture.

Enfin Hémingway aime à aller chercher des livres très chèrs à l'époque à la bibliothèque "Shakespear & cie" de la libraire Sylvia Bleach Rue de l'Odéon.

La lecture, les promenades, et la bonne nourriture seraient ils les secrets du bonheur?

Tous à Paris ce Week end il va faire beau!

                                                              Ben.

 

 

vendredi, 27 avril 2007

Quand la feuille blanche se libère de son angoisse

medium_20060909-origami-papier-decoupe-barque-gondole.jpg
medium_20060909-origami-papier-decoupe-arbre.2.jpg
medium_20060909-origami-papier-decoupe-colibri-fleur.jpg

Lire la suite

dimanche, 15 avril 2007

Grains de beauté

et autres minuties d'un collectionneur de mouches....

Je vous invite à visionner l'émission "Un livre, un jour" consacrée à ce petit recueil... ici 

Et puis je vous emmène :

medium_gains-d-beautes-cov.jpgPrésentation de l'éditeur
En cet an de grâce 1764, la marquise Adélaide des Ailleurs, jeune veuve moyennement éplorée, a mandé en son château de Chamarande le peintre miniaturiste itinérant Zérène. célèbre pour ses minuscules portraits sur ivoire, afin qu'il mette au service de sa noble lignée l'art réputé qui est le sien. Le peintre s'éprend de la marquise, laquelle ne succombera, déclare-t-elle, à ses ardeurs que s'il lui rapporte, de l'Orient lointain qui la fascine tant, des trésors en forme de traces, de grains de beautés, aussi impondérables qu'indubitables preuves de ces secrets d'amour qui se murmurent derrière les paravents, entre deux soupirs d'éventail... - le tout devant entrer dans cette boîte à mouches, précise, en la lui remettant, la Marquise...
Zérène accepte le défi et cingle vers les pays du Soleil levant... A bord de la jonque du mystérieux capitaine yuan, la quête alors commence...
Minuscule cabinet de curiosités d'une délicate sensualité, d'un érotisme piquant qui se pare de sulfureuses féeries, fantasque voyage en une mer de Chine baroque, auquel sont promis deux retours, Grains de beautés est aussi le récit d'une métamorphose merveilleuse : celle où le trait du peintre se fait écriture, le mot dessin et la phrase couleur...

Et enfin, retournons ici, car c'est vraiment joli.. une petite fée qui rit...

dimanche, 08 avril 2007

La conversation amoureuse

medium_conversation.jpgEn tout cas, dit-elle, je suis contente d'avoir passé cette soirée avec vous. Il se mit à rire. On ne trouve jamais conplètement désagréable ou inintéressant quelqu'un à qui l'on plaît n'est ce pas ? Elle fit une moue de sourire et de réflexion.

Moi aussi je suis content murmura-t-il. Il avait retrouvé la voix d'alcôve. Pourquoi êtes-vous content ? dit elle, au comble du bonheur à cause de la voix. Pff, fit-il, ses mains expliquant qu'on n'en savait rien. C'est comme ça et nous n'y pouvons rien, dit-il. Elle se délectait de cette conversation à la fois sincère et tendancieuse. Est-ce que cela vous est souvent arrivé ? demanda-t-elle. Une affinité pareille ? dit-il en riant. Elle fit signe que c'était bien la question. Jamais, dit-il avec fermeté.

Alice Ferney (La conversation amoureuse, Actes sud, août 2000)

samedi, 31 mars 2007

Prévert, encore et toujours

medium_prevert.jpg
Un si grand poète doit être accessible à toutes et tous..
Et avec ou sans handicap, voyants ou aveugles, la poésie, c'est meilleur quand on l'entend..

vendredi, 30 mars 2007

Théâtre - Slimane Benaïssa

Voilà. C'est trop tard. C'est foutu, même, je dirais.

Je savais que j'aurais pas dû aller voir cette pièce, Au-delà du voile, non, j'aurais pas dû. Mais non j'vous dis ! Pffff... Me voilà maintenant obligée de lire ses autres textes, pièces, et romans... Eh oui.

Une telle écriture, pleine d'émotions, si chaleureuse, si drôle ! Une écriture avec laquelle il se permet d'aborder des sujets dits tabous, avec laquelle il sublime le drame pour toucher l'âme des spectateurs et le coeur des ignorants.. Comment voulez-vous que je lutte  ? J'n'ai pas les armes, pour l'affronter. Je n'ai que mes étagères, pour l'héberger...

En savoir plus sur l'auteur ==> ici

Lire la suite

mercredi, 28 mars 2007

Artiste du livre

Alors que je consultais le site du libraire, je suis tombée sur l'article concernant le Festival international du livre comestible..

medium_bonmotif1.jpgEn lisant cet article, j'ai su que Judith A. Hoffberg en était l'instigatrice, et que Béatrice Coron avait "immortalisé ces banquets livresques" sur son site. Voulant avoir un aperçu de ces livres comestibles, je fus extasiée...

medium_IPallSml.jpgJ'ai toujours su intrinsèquement que la couverture et la matière d'un livre avaient leur importance dans le choix qu'on faisait de nos lectures, sauf si elles nous ont été conseillées, recommandées, ou offertes.

medium_washington.jpgJe ne savais pas que des gens pouvaient faire de la matière d'un livre une histoire à elle toute seule.

Bravo l'artiste ! ==> ICI

vendredi, 16 mars 2007

Les fleurs du mal (suite)

medium_baudelaire.gifSouvenez-vous de ce superbe livre consacré à Baudelaire dont je vous ai parlé ici. Ce que je ne vous avais pas dit à l'époque, c'est son prix, mais il suffisait de cliquer sur l'image pour le savoir. 218,50 € !! Rien que ça !

Mais voilà, lundi, en allant faire un "petit" tour dans une "petite" librairie dans ma "petite" ville, j'ai vu (oui, je vois !) le même livre, plus petit, mais surtout, plus économique. Oui, je sais, rien ne vaut la version originale. Cela dit, 4 fois moins cher mais pas 4 fois plus petit, là, j'approuve !

 

samedi, 13 janvier 2007

Les Fleurs du mal de Baudelaire illustrées par la peinture symboliste et décadente

medium_baudelaire_peinture_1.jpgJeudi matin, avec mes collègues, nous nous sommes extasiées (oui, "ées", à ce moment-là nous n'étions que des femmes), sur un ouvrage de toute beauté, "Les Fleurs du mal de Baudelaire illustrées par la peinture symboliste et décadente"

Nous l'avons feuilleté (que ce terme fait pauvre comparé à la richesse de cet ouvrage) avant qu'il ne parte au fond local, caressant les peintures qui accompagnent certains des poèmes de l'illustre Baudelaire.

medium_baudelaire_peinture.2.jpgPure extase...

 

 

jeudi, 11 janvier 2007

Museum

medium_museum.jpgLe titre fait un peu ennuyeux, poussiéreux, prétentieux même.. Ca sent la prise de tête à plein nez.. Les termes scientifiques à en perdre son latin, un cours de biologie animale digne d'un DEA.. Eh bien non ! C'est tout, sauf tout ça !

Ce livre, conservé dans un coffret, à l'abri de la lumière et de l'humidité, renferme de multiples trésors.. Plaisir, presque tous les sens sont concernés.. l'ouïe, lorsque vos doigts effleurent les feuilles de soie glissées entre certaines pages ; l'odorat, cette odeur particulière du papier.. le toucher, caresser les illustrations chaudes, sensuelles, belles, tout simplement ; la vue, pour des raisons évidentes.. et le goût, le goût des mots, que vous murmurez, chuchotez, poésie instantanée, carnet de notes rédigées en prose.. Délicat, comme les ailes des papillons observés, frêle, comme le battement de leurs ailes, éphémère, comme leur splendeur..

medium_magasin_zinzin.jpgMerci Monsieur Clément, merci beaucoup.. Et aussi pour cet autre livre, que j'avais offert à une amie pour ses trente ans :

 

 

 

 

Allez donc faire un tour sur le blog de cet auteur...

 

 

dimanche, 07 janvier 2007

Dictionnaire de la bêtise

Vous savez l'un des p'tits bonheurs d'exercer ce métier de bibliothécaire ? Non ? Ne me dites pas que vous n'avez jamais été bibliothécaire dans votre vie ! Comment est-ce possible ! :)

Ca n'est pas grand chose, en fait, pour le commun des mortels.. C'est même ridicule, aux yeux de certains.. Mais lorsqu'il s'est trouvé dans mon champ de vision.... wouaaaah !

Lire la suite